GAS-OIL (1955)

rueducine.com-gas-oil-1955FILM DE : Gilles Grangier
PAYS : FRANCE
GENRE : Policier, Thriller
AVEC : Jean Gabin, Marcel Bozzuffi, Jeanne Moreau, Ginette Leclerc, Roger Hanin, Camille Guérini, Robert Dalban, Jacques Marin…
SCÉNARIO : Gilles Grangier, Michel Audiard
MUSIQUE : Henri Crolla

Pour plus de détails voir IMDB 

SYNOPSIS: En France du côté de Clermont Ferrand, années 1950, Jean Chappe, est un routier indépendant qui roule pour rembourser son camion flambant neuf. Il travaille en bonne intelligence avec ses amis les Ragondin (père et fils). Un jour alors qu’il part de chez sa maîtresse au petit matin et par temps de pluie il écrase un homme qui à l’autopsie s’avérera être déjà mort avant que le camion de Jean Chappe ne lui passe dessus. Après les tracas policiers, une bande de malfrats lui tourne autour persudée qu’il détient le fruit de leur braquage: 5 millions de francs. Le mort étant l’homme qui détenait le butin avant son décès énigmatique…

CRITIQUE: Gilles Grangier a été un des réalisateurs préférés de Jean Gabin. On compte une dizaine de films tournés. Celui-ci est leur deuxième collaboration après « La vierge du rhin« , Jean Gabin endosse le rôle d’un camionneur rôle qu’il retrouvera dans un film de Henri Verneuil « Des gens sans importance« . Le problème est le suivant Gilles Grangier est un bon faiseur mais n’a aucun génie. Beaucoup de ses films valent plus pour les dialogues signés Michel Audiard que sa mise en scène un peu pépère. Il sera d’ailleurs un des cinéaste les plus combattus par les critiques qui seront à l’origine de la Nouvelle Vague. Ici l’action est bien longue à se mettre en place, et l’ennui s’installe très vite. Mais en milieu de film quand les malfrats tournent autour du camionneur comme des frelons l’intérêt se ravive. La fin est un peu ratée par manque de rythme. Jean Gabin est irréprochable et Jeanne Moreau surjoue un peu. Quant à Roger Hanin il cherche encore ses marques dans le cinéma.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Madame Scoppo veuve du porteur de valise vient chez monsieur Jean Chappe pour tenter de savoir où est le magot. Ginette Leclerc vénéneuse à souhait.

NOTE : 11/20

L’ANECDOTE : Henri Crolla qui musicalise le film est d’origine napolitaine il apprend la mandoline, puis le banjo et passe par la guitare sèche. C’est un autodidacte du jazz et de la musique de film. Ami de Jacques Prévert, Paul Grimault, Georges Moustaki et Yves Montand dont il deviendra un des musiciens attitré.

FILMS DE Gilles Grangier DÉJÀ COMMENTÉS :