rueducine.com-georges-lautner (2)Avec le décès du cinéaste Georges Lautner c’est une page du cinéma populaire qui se tourne. Avec son scénariste dialoguiste et ami Michel Audiard ils inventent un nouveau genre de comédie dont les deux prototypes son : « Les tontons flingueurs » (1963) et « Les barbouzes » (1964).
Cinéma volontiers machiste mais iconoclaste où l’on se tue pour de rire et dans lesquels les dialogues sont autant la vedette que les acteurs. Georges Lautner a détourné allègrement les codes du film noir (Policier, thriller, espionnage). Le succès de ses films n’a pas été immédiat en salles. C’est à force de rediffusion  à la télévision quitte à les coloriser que ses films sont devenus populaires.
Dédaigné par les tenants de la Nouvelle Vague, le public n’a pas encore la maturité nécessaire pour encenser les films de Lautner comme elle le fera 20 à 30 ans plus tard. Ce sont des succès populaires des années 1980 « Flic ou voyou« , « Le guignolo » (1980) et « Le professionnel » (1981) (tous trois avec Jean-Paul Belmondo) qui donneront de l’intérêt à son oeuvre antérieure et fera du film « Les tontons flingueurs » un objet de culte. Les cinéphiles reprenant à l’envi les dialogues savoureux de Michel Audiard.
Georges Lautner est un cinéaste qui a travaillé avec des acteurs qu’il a aimé et avec lesquels il a développé des amitiés : Paul Meurisse, Bernard Blier, Lino Ventura, Venantino Venantini, Michel Constantin, Miou-Miou et assez tardivement Jean-Paul Belmondo.
Mais le record de participations dans ses films appartient à Mireille Darc. 14 films ensemble. C’est assez exceptionnel pour être souligné.
Son style se caractérise dans cet amour pour ses acteurs en de nombreux champs-contrechamps qui valorisent ses trognes favorites. Georges Lautner a toujours évité les plans séquences alambiqués ou les cadrages expérimentaux. Il a développé un cinéma peu influencé par la Nouvelle Vague et ses adeptes qui le méprisaient. Et il le leur rendait bien.
Parmi les comédies noires, les plus remarquables sont :

-« Le monocle noir » (1961)
-« L’oeil du monocle » (1962)
-« Le monocle rit jaune » (1964)
-« Les tontons flingueurs » (1963)
-« Les barbouzes » (1964)
-« Ne nous fâchons pas » (1966)
-« Fleur d’oseille » (1967)
-« Laisse aller… c’est une valse » (1971)
-« Il était une fois un flic… » (1972)
-« La valise » (1973)
-« Pas de problème! » (1975)
-« Le guignolo » (1980)

Mais Georges Lautner n’a pas tourné que des polars parodiques il a aussi quelques films « sérieux » à son actif parmi lesquels :

-« Marche ou crève » (1960)
-« Le 7ème juré »  (1962)
-« Galia » (1966)
-« La grande sauterelle » (1967)
-« Le pacha » (1968)
-« Sur la route de Salina » (1970)
-« Les seins de glace » (1974)
-« Mort d’un pourri » (1977)
-« Flic ou voyou » (1979)
-« Le professionnel » (1981) record d’entrées en salles pour le réalisateur
-« La maison assassinée » (1988)
-« L’inconnu dans la maison » (1992)

Ce dernier film a été un cuisant échec pour Georges Lautner et Jean-Paul Belmondo. Cela a été fatal pour la carrière au cinéma du réalisateur qui s’est stoppée net.

rueducine.com-georges-lautner