GLOIRE DES CANAILLES (LA) (1967) réintitulé : DE LA GLOIRE A L’ENFER

rueducine.com-la-gloire-des-canaillesFILM DE : Alberto de Martino
TITRE ORIGINAL : Dalle Ardenne all’inferno
PAYS : ITALIE
GENRE : Guerre, casse
AVEC : Frederick Stafford, Adolfo Celi, Daniela Bianchi, John Ireland, Michel Constantin, Curd Jürgens, Anthony Dawson, Helmuth Schneider, Howard Ross…
SCÉNARIO : Dino Verde, Vincenzo Flamini, Alberto de Martino, Franco Verucci, Alberto Silvestri, Louis Agotay…
MUSIQUE : Ennio Morricone

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Début 1945, l’armée allemande est en déroute, partisans hollandais et américains pressent les allemands en constant repli. Trois soldats américains avec la complicité d’un soldat allemand s’évadent d’un stalag. Un seul sera repris et abattu. Joe Mortimer dit « Sésame » est un gangster enrôlé dans l’armée or à peine en sécurité, il prend contact avec les partisans pour s’emparer des plans des bases des V2 mais surtout des diamants dérobés par les nazis et cachés dans la kommandantur. Il bénéficie de l’appui du capitaine O’Connor pilote d’avion, et de la femme du général allemand hostile aux SS jusqu’au-boutistes…

CRITIQUE : Alberto de Martino est un imitateur. Un peu pâle il est vrai. Son truc : prendre une recette qui fonctionne très bien et l’imiter avec des moyens moindres. Ici le film de guerre agrémenté d’un hold-up.
Le problème c’est que l’histoire qu’il nous raconte est bien improbable et quasi risible. Adolfo Celi, John ireland et Howard Ross ne semblent pas très concernés par leur personnage.
Quant à Ennio Morricone il signe une musique fonctionnelle. Certes la musique de générique est martiale et tonitruante mais le reste est un peu anecdotique… comme le film.

[display_podcast]

Lire d’autres critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Pour atteindre le coffre fort de la Kommandantur qui est un château entouré de douves, le commando de gangster décide d’y aller en plongée. L’eau y est aussi limpide que celle d’une piscine. Cela doit être parce que c’est tourné dans une piscine !

NOTE : 9/20

L’ANECDOTE : Sergio Leone disait être le père de 50 fils de pute il devait sûrement penser à Alberto de Martino parmi bien d’autres en disant cela. Ce dernier ayant largement pillé le western italien avec des films comme « 100 000 dollars pour Ringo » et « Django tire le premier« .rueducine.com-la-gloire-des-canailles-locandina

FILMS DE Alberto de Martino DÉJÀ COMMENTES :