HÉRITAGE (L’) (1976)

rueducine.com-l-heritage-1976FILM DE : Mauro Bolognini
TITRE ORIGINAL : L’eredità Ferramonti
PAYS : ITALIE
GENRE : Drame
SCÉNARIO : Ugo Pirro, Sergio Bazzini, Roberto Bigazzi
AVEC : Dominique Sanda, Luigi Proietti, Anthony Quinn, Fabio Testi, Paolo Bonacelli, Adriana Asti…
MUSIQUE : Ennio Morricone

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Rome années 1880 le vieux Gregorio Ferramonti boulanger, prend sa retraite et ferme le magasin. Il une fille et deux fils. A Mario il ne donnera rien car il a payé ses dettes de jeu jusqu’à présent, mais à partir de ce jour c’est terminé, à Pippo il lui donne quelques milliers de lires, dont il fera bien ce qu’il voudra de toutes façons c’est un médiocre, quant à sa fille Teta qui s’est mariée avec un politicien méprisable, il l’a déjà doté, elle ne recevra pas un sous non plus. Et qu’ils le prennent pour dit:il ne veut plus les revoir. Jamais. Pippo fâché avec Mario et Teta qui veut racheter un magasin de quincaillerie, épouse la fille du couple, Irene. Grâce à elle et ses initiatives le magasin fonctionne. Elle demande à Pippo de se rapprocher de son frère et sa soeur. Mario parcequ’il investit dans la bourse, et Teta parce que son mari va entrer au gouvernement et qu’il pourra lui trouver des débouchés sur des chantiers gouvernementaux, notamment le réaménagement du Tibre…

CRITIQUE : Mauro Bolognini demande à trois scénaristes (parmi lesquels le fidèle Ugo Pirro) d’adapter le roman de Gaetano Carlo Chelli « L’eredità Ferramonti ». L’histoire d’une famille qui se déchire dès le début du roman, pour finir exsangue à la fin. Et au milieu une femme, Irene qui va tout faire pour accaparer le magot du vieux Gregorio Ferramonti tant convoité par sa progéniture.
Sur un scénario du très grand scénariste Ugo Pirro fidèle au roman, Mauro Bolognini ajoute sa pâte d’esthète et de peintre. Il fait appel à son photographe attitré Ennio Guarnieri. Celui-ci exécute un travail magnifique et pare Rome de ses plus beaux atours.
Le choix d’Anthony Quinn s’avère être des plus judicieux, car celui-ci a le physique d’un homme âgé qui a fait sa fortune tout seul, dans sa boulangerie, et en se battant pour le moindre sous.
En Italie à cette époque, les voix sont toujours post synchronisées (enregistrées après le tournage) et donc Anthony Quinn a la voix d’un acteur italien. Quant à Dominique Sanda, elle se donne à Mauro Bolognini corps et âme pour interpréter cette Irene issue d’une petite bourgeoisie qui ne pense qu’à diviser pour mieux régner sur une famille qui vit au-dessus de ses moyens et qui ne rêve que d’une chose c’est que le vieux crève pour mettre la main sur les millions de lires qu’il a amassées.
Splendide musique de Ennio Morricone qui a toujours su offrir au réalisateur la quintessence de son art.

[display_podcast]

Lire plus de critique sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Irene, anéantie par le suicide de Mario, qui ruine ses espérances, fuit la maison des Ferramonti, en se tenant aux murs gris des vieilles rues de la capitale. Superbes images du duo Mauro Bolognini et Ennio Guarnieri.

NOTE : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : rueducine.com-palme-d-orDominique Sanda remporte au festival de Cannes le prix d’interprétation féminine.rueducine.com-l'heritage-locandina

FILMS DE Mauro Bolognini DÉJÀ COMMENTÉS :