rueducine.com-i-a-l-diamondNé Itek Domnici en Roumanie ses parents émigrent en Amérique alors qu’il a 9 ans. Enfant très doué pour les mathématiques il poursuit ses études dans ce domaine. Puis il intègre l’université de Columbia en 1941 où il se consacre au journalisme et publie dans le « Columbia Daily Spectator » sous le pseudonyme De I.A.L. Diamond. Il dirige une publication humoristique « Jester ». Puis quatre années consécutives il est l’unique rédacteur de la revue varsity show. Hollywood le remarque et la Paramount lui propose plusieurs contrats de scénariste qu’il accepte.

En 1944 il co-écrit son premier long métrage « Murder in the blue room » de Leslie Goddwins.

En 1946 il signe à la Warner Bros. et obtient un premier succès avec « Ne dites jamais adieu » (« Never say goodbye« ) de James V. Kern. Il rste au studio jusqu’en 1951, où il passe à La Twenties Century Fox.

il y reste jusqu’en 1955 il co-écrit « Chérie je me sens rajeunir » (« Monkey business« ) une grande comédie de Howard Hawks. Mais pendant quatre années il n’est pas sollicité et décide de quitter les studios pour devenir scénariste indépendant.

C’est alors qu’il se rapproche de Billy Wilder en 1956 et avec lui travaille sur leur premier film commun « Ariane » (« Love in the afternoon« ). Premier film d’une collaboration quasi exclusive entre les deux hommes et qui donnera 11 autres opus:

« Certains l’aiment Chaud » (« Some like it hot« ) 1959,
« La garçonnière » (« The appartment« ) 1960,
« Un, deux, trois » (« One, two, three« ) 1961,
« Irma la douce » 1963,
« Embrasse-moi idiot » (« Kiss me, stupid« ) 1964,
« La grande combine » (« The fortune cookie« ) 1966,
« La vie privée de Sherlock Holmes » (« The private life of Sherlock Holmes« ) 1970,
« Avanti! » 1972,
« Spéciale première » (« The front page« ) 1974,
« Fedora » 1978,
« Buddy, buddy » 1981

Uniquement des comédies dont beaucoup sont devenues des classiques du genre.

I.A.L. Diamond coproduira les 7 premiers films plus « Fedora« .

rueducine.com-I.A.L. Diamond-&-Billy Wilder

Il écrira très peu de films pour d’autres réalisateurs qui ne resteront pas dans les mémoires.