JE SUIS UN ASSASSIN (2003)

rueducine.com-je-suis-un-assassin-2003FILM DE : Thomas Vincent
PAYS : FRANCE
GENRE: Drame, Thriller
AVEC : François Cluzet, Karin Viard, Bernard Giraudeau, Anne Brochet, Jacques Spiesser, Antoine Chappey, Dominique Costanza…
MUSIQUE : Krishna Levy

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : France années 2000 Ben Castelano est un écrivain qui vit à Marseille. Il écrit des polars mais n’est pas publié car ses précédents livres n’ont pas eu de succès. Il va donc donner des cours d’espagnol en région parisienne pour que lui et sa femme puissent maintenir un train de vie convenable. Il rencontre Brice Kantor un écrivain de polar à succès mais celui-ci est en instance de divorce avec Suzy qui lui pompe la moitié de ses revenus. Depuis plusieurs mois il n’écrit plus et n’a rien à présenter à sa maison d’édition. Il passe un marché avec Ben…

CRITIQUE : Tiré d’un roman de Donald E. Westlake, ce film emprunte dans une première moitié les voies du thriller, puis avec un bref passage dans le polar avec une enquête policière, dans le dernier tiers le film bascule dans la psychologie dramatique et aborde les confins de l’âme humaine entre le sadomasochisme et la folie.
La dernière partie étant la moins convaincante. Mais les deux premiers tiers sont formidables.
François Cluzet est vraiment un de nos meilleurs acteurs. Il est admirable. Quant à Bernard Giraudeau et Karin Viard leur interprétation suit la même tendance que le film. Très bonne au début. Moins dans le troisième tiers.
Thomas Vincent semble un peu embarrassé par cette fin qui frise le grand-guignol et le fantastique. Même s’il lui faut montrer que la culpabilité du meurtre de la femme de Brice retombe sur son ex-mari et sur la femme de Ben, tout cela est bien long.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Au milieu du dernier tiers du film, le spectateur voit un regain d’intérêt lorsque Brice retrouve sa voisine et entame une relation à la fois sensuelle et dont l’issue semble fatale à cette dernière.

NOTE : 13/20

L’ANECDOTE : Pour les besoins du film Thomas Vincent a du étoffer sérieusement, par rapport au roman de Donald Westlake, le personnage interprété par Karin Viard.

FILMS DE Thomas Vincent DÉJÀ COMMENTÉS :

Un commentaire
  1. avril 23, 2012 |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *