rueducine.com-un-juge-en-danger-1977

rueducine.com-un-juge-en-danger-1977FILM DE : Damiano Damiani
TITRE ORIGINAL : Io ho paura
PAYS : ITALIE
GENRE : Policier, Politique, Mafia
AVEC : Gian Maria Volonté, Erland Josephson, Mario Adorf, Angelica Ippolito, Giuseppe Fazio, Bruno Corazzari, Paolo Malco, Joe Sentieri, Giorgio Cerioni, Raffaele di Mario…
SCENARIO : Nicola Badalucco, Damiano Damiani
MUSIQUE : Riz Ortolani

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Rome Milieu des années 1970 (les années de plomb). Dans une atmosphère de violence au quotidien juges et policiers sont la cible privilégiée de la mafia. De la mafia? Le policier Ludovico Graziano demande à être posté sur la protection du juge Cancedda qui n’instruit pas d’affaires sensibles. Mais lors d’une descente policière sur les lieux d’un trafic supposé de drogue, un des suspects donne des réponses que Graziano relève comme mensongères. De fil en aiguille le juge est amené à soupçonner une déstabilisation politique du pays…

CRITIQUE : Sur un scénario qui reprend le thème du film « Cadavres exquis » (« Cadaveri eccelenti« ) (1976) de Francesco Rosi. Comparé au film du maître italien, Damiano Damiani qui est un petit maître ne parvient pas à se hisser à la hauteur du film cité.
Cependant il n’y a rien de  fâcheux ou désobligeant.
Le scénario est solide, l’interprétation paranoïaque de Gian Maria Volonté, parfois un brin appuyée, est très bonne. Erland Josephson qui a fait une grosse carrière en Suède son pays natal, il a notamment beaucoup tourné pour Ingmar Bergman et fait une carrière très honorable en Italie, joue à la perfection un juge effacé qui met les pieds là où il ne s’y attendait pas. Et trouve que le poisson est un peu trop gros. Enfin Mario Adorf en juge ambigu puis corrompu et séditieux est impérial.
La réalisation de Damiano Damiani est nerveuse et le réalisateur (de gauche) développe un de ses thèmes favoris la politique. Ici la montée de l’extrême droite en Italie qui durant les années de plomb qui a frappé durement le pays par des attentats terribles.
Bonne musique de Riz Ortolani mais pas une de ses plus mémorables.

Lire plus de critique sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Le juge qui est protégé contre son gré dit à son garde du corps : « Protéger les juges c’est admettre que la société civile est anéantie« 

NOTE : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7kTUZx2Nnvs[/youtube]

L’ANECDOTE : Damiano Damiani avait deux ans auparavant signé un piètre western spaghetti « Un génie, deux associés, une cloche » (« Un genio, due compari, un pollo« ) (1975) pourtant produit par Sergio Leone.

FILMS DE Damiano Damiani DEJA COMMENTES :
[catlist name=damiano-damiani orderby=title order=ASC]

Related Article