NOM DE LA ROSE (LE) (1986)

rueducine.com-le-nom-de-la-rose-1986FILM DE : Jean-Jacques Annaud
TITRE ORIGINAL : Der Name der Rose
PAYS : RFA, FRANCE, ITALIE
GENRE : Policier
AVEC : Sean Connery, Christian Slater, Feodor Chaliapin Jr., Michael Lonsdale, Helmut Qualtinger, Ron Perlman, Francis Murray Abraham, Elya Baskin, Valentina Vargas, Lucien Bodard…
SCENARIO : Gérard Brach
MUSIQUE : James Horner

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Entre Provence et Ligurie en 1327, Guillaume de Baskerville, moine franciscain et son jeune novice Adso, se rendent dans une abbaye bénédictine fortifiée afin d’assister à une rencontre avec le représentant du pape pour débattre d’un point de théologie qui peut s’avérer schismatique pour l’église. Mais le jour de leur arrivée Guillaume de Baskerville s’aperçoit qu’un moine est mort il y a peu. Le père bénédictin demande à Guillaume d’enquêter sur la mort de ce moine enlumineur qui semble étrange. Guillaume de Baskerville ne tarde pas à comprendre qu’il s’agit d’un suicide. Mais déja un autre moine est retrouvé mort. Le traducteur de grec de la bibliothèque de l’abbaye. Mais Guillaume qui sait que la solution se trouve dans la bibliothèque en voit son accès interdit…

CRITIQUE : Grand choc cinématographique pour un film non américain. Des moyens exceptionnels, un roman de Umberto Eco réputé inadaptable et 3 années de préparations. Les grosses légumes du cinéma international: Gérard Brach au scénario, Dante Ferretti aux décors, Tonino delli Colli à la photographie, James Horner à la musique.
Et Sean Connery qui insiste pour avoir le rôle principal!. Ce diable de film ne pouvait être qu’une immense réussite ou une immense déception. C’est le triomphe critique et populaire.
Rien à redire. Tout y est formidable.
L’histoire donc, un polar moyenâgeux un siècle et demi avant la renaissance où l’obscurantisme religieux atteint son apogée en Europe, la réalisation de Jean-Jacques Annaud extrêmement précise dans la reconstitution et maîtrisée artistiquement dans un décor oppressant et une lumière grise où le soleil (les lumières de l’esprit) n’a pas sa place.
Le casting constitué d’une galerie incroyable de sales gueules parmi lesquelles Ron Perlman étincelle en un genre de Quasimodo débile léger.
La musique de James Horner est glaciale et inspirée.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : La bibliothèque de l’abbaye apparaît n’être qu’un immense labyrinthe d’escaliers et de petites salles où sont déposés des trésors de savoir conservés par les moines mais non divulgués. Dans ce labyrinthe une salle secrète y recèle les livres les plus recherchés et les plus subversifs aux évangiles ou à leur interprétation.

NOTE : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : rueducine.com-cesarLe film reçoit le César du meilleur film étranger étant majoritairement financé par les marks de la République Fédérale d’Allemagne d’alors. Prix du Davide di Donatello pour les costumes, les décors et la photographie (l’Italie récompense les italiens) et prix d’interprétation du film allemand pour Sean Connery.

FILMS DE Jean-Jacques Annaud DEJA COMMENTES :