LION SORT SES GRIFFES (LE) (1980)

FILM DE : Don Siegel, Peter R. Hunt, Robert Ellis Miller
TITRE ORIGINAL : Rough cut
PAYS : GRANDE BRETAGNE, USA
GENRE : Policier, Casse
AVEC : Burt Reynolds, Lesley-Ann Down, David Niven, Timothy West, Al Matthews, Patrick Magee, Joss Ackland…
SCÉNARIO : Larry Gelbart, Derek Lambert, Anthony Schaffer
MUSIQUE : Nelson Riddle

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS

Royaume-Uni, Jack Rhodes est invité à une fête dans une belle propriété. Son regard croise celui de Gillian Bromley une jeune et belle femme. Ils se croisent et se parlent à divers moments de la soirée. A force de la suivre à distance il finit par la surprendre en train de voler des diamants.
Quand plus tard il rentre chez lui en bonne compagnie, un bruit dans son appartement éveille sa curiosité. Gillian Bromley s’est introduite dans son appartement…

CRITIQUE

Film extrêmement compliqué à écrire : plus de 7 scénaristes au chevet d’un livre assez médiocre, selon Don Siegel.
C’est Blake Edwards qui était à l’origine de l’adaptation. Déjà Burt Reynolds était prévu au casting et c’est Larry Gelbart qui se lance pour l’écriture . Blake Edwards s’adresse au producteur David Merrick.
Mais le réalisateur se retire insatisfait du script.
Le tournage est tout aussi chaotique. Don Siegel débute le tournage puis se fait débarquer. Burt Reynolds est furieux. Il est remplacé successivement par deux réalisateurs eux-mêmes incapables de remettre le film sur les bons rails. Merrick aux abois appelle Blake Edwards qui exige de réécrire le script. Refus de Merrick. Pour éviter le fiasco de l’entreprise Burt Reynolds qui admire Don Siegel fait des pieds et des mains pour le faire revenir dans le film. Après trois jours d’âpres négociations et quoi qu’il lui en coûta, David Merrick accepte ce nouveau deal avec le réalisateur et l’acteur.

Ce n’est pas pour autant que ce film restera dans les anthologies du cinéma. Si le film n’est pas la catastrophe à laquelle le spectateur aurait pu s’attendre, il est loin des meilleures œuvres du réalisateur.

L’intrigue met trop de temps à s’installer et la toute fin, et son passe-passe avec les diamants, est bien trop tirée par les cheveux pour emporter l’adhésion.

Reste que Burt Reynolds est plutôt bon ainsi que sa partenaire Lesley-Ann Down, alors en plein essor dans sa carrière. La construction du couple est ce qu’il y a de plus intéressant dans le film.

La musique est basée sur quelques morceaux de Duke Ellington.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène de recrutement du pilote dans une sorte de musée de l’aviation nazie. Avec force drapeaux ornés de svastikas.
J’ignore si c’est (c’était) un véritable musée ou bien un décor créé de toutes pièces. Il n’empêche que cela ressemble plus à un étalement nostalgique du régime nazi qu’un musée de l’air et de l’aviation allemande.

NOTE : 10/20

L’ANECDOTE

L’acteur David Niven a déploré que ce soit avec ce film et pour la première fois de sa vie qu’il se retrouvait au tribunal pour réclamer les sommes dues par le producteur David Merrick.

FILMS DE Don Siegel DÉJÀ COMMENTÉS :