MARGINAL (LE) (1983)

rueducine.com-le-marginal-1983FILM DE : Jacques Deray
PAYS : FRANCE
GENRE : Policier
AVEC : Jean-Paul Belmondo, Henry Silva, Pierre Vernier, Tcheky Karyo, Carlos Sotto Mayor, Maurice Barrier, Claude Brosset, Roger Dumas, Jacques Maury, Michel Robin…
SCÉNARIO : Jean Herman
MUSIQUE : Ennio Morricone

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS: France années 1980 dans le TGV Paris-Marseille, le commissaire divisionnaire se rend dans la capitale phocéenne dans le but de démanteler un trafic de drogue mené par l’homme d’affaire Sauveur Meccacci. IL y parvient mais par des méthodes marginales et non orthodoxes dans son métier. Il préfère notamment jeter à la mer une cargaison d’héroïne interceptée sur un cigare à la limite des eaux territoriales. Après ce coup fumant le revoici nommé dans un commissariat central de Paris. Mais son ami l’inspecteur Rojinski, le remet sur la piste Meccacci par un tuyau sur un réseau turc de trafic de drogue…rueducine.com-le-marginal-photo (4)

CRITIQUE : Le film est efficace, le scénario ronronne un peu par rapport aux polars précédents de la star (« Peur sur la ville » (1974) de Henri Verneuil, « Flic ou voyou » (1979) et « Le professionnel » (1981) tous deux de Georges Lautner, mais la personnalité de l’acteur suffit à suivre plaisamment les aventures de ce flic de choc aux méthodes expéditives.
Quelques cascades spectaculaires assurées par l’acteur et notamment une en voiture de sport blindée, ainsi que quelques bagarres pimentent le film.
Le scénario de Jean Herman (alias Jean Vautrin) erre de temps en temps dans les méandres de la roucoulade entre un flic et une putain sans aucun intérêt, la plastique avenante du corps de Carlos Sotto Mayor n’y suffisant pas et son talent (relatif) non plus.rueducine.com-le-marginal-photo (5)
Le film est un peu pointilliste, les scènes se succédant sans un lien évident entre elles, mais l’ensemble finit par se tenir.
Henry Silva est un bon méchant et donc valorise le rôle de Belmondo.
Les seconds rôles (Pierre Vernier, Tcheky Karyo, Claude Brosset et Roger Dumas sont sacrifiés au profit de Bébel mégastar tout en le servant magnifiquement.
Les dialogues de Michel Audiard ont aussi été plus percutants sans toute fois démériter dans ce film. Mais après le sommet du film de Georges Lautner « Le professionnel » difficile de rivaliser.
Même la musique signée Ennio Morricone, pas mal en elle-même, n’est pas aussi géniale que celle du film précédemment cité.
Jean-Paul Belmondo nous livre son dernier bon polar.  Bref c’est un film généralement en-deçà mais plaisant quand même.rueducine.com-le-marginal-photo (6)

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : La bagarre dans le rade du quartier de Pigalle. le commissaire Jordan met une branlée mémorable aux frères Tourian et Tourian. Un grand moment homérique dans lequel Jean-Paul Belmondo donne et reçoit généreusement les coups.rueducine.com-le-marginal-photo (2)

NOTE: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Ce film amorce le début d’une baisse des entrées dans les salles de cinéma des films de Bébel. Peut-être le système Cerito films qui s’essouffle.rueducine.com-le-marginal-photo (3)

FILMS DE Jacques Deray DÉJÀ COMMENTÉS :