MARIE-OCTOBRE (1959)

rueducine.com-Marie-octobre-1959FILM DE : Julien Duvivier
PAYS : FRANCE
GENRE : Thriller, Drame
AVEC : Danielle Darrieux, Paul Meurisse, Bernard Blier, Robert Dalban, Paul Frankeur, Paul Guers, Daniel Ivernel, Serge Reggiani, Noël Roquevert, Lino Ventura
SCÉNARIO : Henri Jeanson
MUSIQUE : Jean Yatove

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : 15 années après la mort du commandant Castille chef du réseau Vaillance de la résistance tué dans un guet-apens par la gestapo, Marie-Octobre inconsolable de la mort de son mari, aidée de Picard rappelle les 9 membres survivants du groupe pour un dîner afin de confondre celui qui a dénoncé Castille et le châtier. Tour à tour ils devront expliquer leurs faits et gestes le soir du drame…

CRITIQUE : Huis-clos terrible duquel doit jaillir une vérité: Qui a dénoncé le réseau Vaillance, pillé son trésor de guerre et fait tuer son chef le commandant Castille. Mais quelle est cette vérité? Tout le monde s’arrange avec les souvenirs et les faits réels. Et même ceux qui veulent venger la mort de leur chef finissent par être soupçonnés.
Grâce à son scénario redoutable d’intelligence adapté du roman éponyme de Jacques Robert, Julien Duvivier traque ces hommes l’un après l’autre, leur comportement d’il y a 15 années, leur enrichissement actuel, leur embourgeoisement, leur fausses vérités, et les petits arrangements de chacun avec sa conscience.
Julien Duvivier tend à montrer que la vengeance 15 années plus tard n’a plus lieu d’être. Les circonstances de la guerre et celle de la fin des années 1950 n’étant plus les mêmes.
La France n’étant plus en danger, les hommes ayant changé de vie, de situation, et d’objectif.
En cela le discours final du prêtre qui demande de ne pas exécuter le traître frappe. C’est aussi le discours de De Gaulle qui au sortir de la guerre à voulu au plus vite jeter un voile noir sur le passé pour repartir avec une France réconciliée, et oublieuse de ses démons. Et la mort de ce dernier n’apparaît pas comme une vengeance mais comme un crime.
Dialogues de Henri Jeanson superbes. Formidable distribution où chacun a sa scène d’explications devenant suspect aux yeux des autres. Un très bon film choral.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Le traître démasqué et qui refuse le verdict général pleurant et se traînant par terre. Pathétique.

NOTE : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Presque 50 ans plus tard, pour la télévision, Nathalie Baye reprend le rôle de Danielle Darrieux sous la piteuse caméra de la calamiteuse Josée Dayan.

FILMS DE Julien Duvivier DÉJÀ COMMENTÉS :