MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE (LE) (2003)

rueducine.com-mystere-de-la-chambre-jaune-2003FiLM DE : Bruno Podalydès
PAYS : FRANCE
GENRE : Policier, Comédie
AVEC : Denis Podalydès, Jean-Noël Brouté, Pierre Arditi, Claude Rich, Michael Lonsdale, Olivier Gourmet, Sabine Azéma, Julos Beaucarne, Isabelle Candelier, George Aguilar…
SCÉNARIO : Bruno Podalydès
MUSIQUE : Philippe Sarde

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Dans une annexe du somptueux château du professuer Stangerson, un soir alors que la fille du professeur est partie se coucher, dans la chambre jaune attenante au laboratoire de recherches, des bruits de meubles renversés, de cris et un coup de feu sont tirés. Le professeur Stangerson et le père Jacques qui est son aide, tentent d’intervenir. La porte est vérouillée, la seule fenêtre de la chambre est fermée et a des barreaux intacts. Impossible de secourir Mathilde. Avec l’aide des Bernier, le couple de gardiens, ils parviennent enfin à défoncer la porte. Mathilde est inconsciente, elle a des traces de strangulations et une plaie à la tempe qui saigne, il y a au mur une trace de main ensanglantée, une balle dans le plafond et une dans le mur. Quand le juge De Marquet et son greffier accompagnés du journaliste Rouletabille et son photographe Sainclair arrivent à la propriété, l’inspecteur Frédéric Larsan est déjà sur les lieux et a commencé l’enquête par l’arrestation des Bernier…

CRITIQUE : Bruno Podalydès travaille pour son frère l’acteur Denis cela ne fait pas mystère. Il adapte un roman de Gaston Leroux et trouve dans l’imaginaire du romancier ce qu’il faut d’esprit farfelu et de poésie qui aille comme un gant à ce Rouletabille du XXIème siècle. On peut regretter de la part du frère du réalisateur de débiter son texte avec une articulation minimale. C’est dommage. Parfois il donne à son personnage des allures de cartoons digne de Tex Avery, notamment lorsqu’il court qui sont un régal.
L’intrigue quoique sur la fin carrément improbable est accrocheuse et la brochette d’acteurs assez formidable. Le film bénéficie d’une magnifique photo mettant en valeur de jolie manière le décor naturel.
Quelques scènes faisant référence à d’autres oeuvres sont frappantes. De Tintin à Magritte, de Hercule Poirot à Giorgio de Chirico, les clins d’oeil sont nombreux et plutôt habilement distillés.
La musique de Philippe Sarde est plutôt inspirée.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Lors d’une réunion entre les témoins de la tentative d’assassinat et le juge, le concierge Bernier cocu par le garde chasse d’origine indienne, insulte sa femme chaque fois que l’on parle d’elle. Le comique de répétition mis à l’épreuve et qui fonctionne.

NOTE : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Le film sera suivi par « Le parfum de la dame en noir« . Parfum dont il est question à deux ou trois reprises dans le film.

FILMS DE Bruno Podalydès DÉJÀ COMMENTÉS :