OPÉRATION OGRE (1979)

rueducine.com-ogro-locandinaFILM DE : Gillo Pontecorvo
TITRE ORIGINAL : Ogro
PAYS : ESPAGNE, ITALIE
GENRE : Historique, Politique
AVEC : Gian Maria Volonté, José Sacristán, Eusebio Poncela, Saverio Marconi, Angela Molina, Féodor Atkine, Nicole Garcia…
SCÉNARIO : Gillo Pontecorvo, Ugo Pirro, Giorgio Arlorio
MUSIQUE : Ennio Morricone

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Pays Basque à la fin des années 1950, des gamins se radicalisent dans leur « basquitude ». Rebellion contre leurs enseignants, Slogans peints la nuits, course poursuite avec la Guardia Civil… 15 ans plus tard ils retrouvent comme chef de leur réseau terroriste un de leurs anciens professeurs et ex homme d’église qui s’est converti à la lutte armée. Lors d’une réunion la question de l’enlèvement du vice-président du Gouvernement Espagnol l’amiral Luis Carrero Blanco pour l’échanger contre quelques dizaines de prisonniers membres de E.T.A. est soumise au vote. Le rapt est adopté. Un commando de quatre hommes arrive à la gare d’Atocha de Madrid…rueducine.com-operation-ogre-photo

CRITIQUE : 5ème et ultime long métrage de cinéma pour Gillo Pontecorvo (1919-2006). Ce grand réalisateur politique « La bataille d’Alger » (1966) « Queimada » (1969) se penche sur l’assassinat du président du gouvernement espagnol Louis Carrero Blanco sous le régime de Francisco Franco par l’organisation Basque E.T.A..
Nommé le 9 juin 1973 à la tête du gouvernement, il succombe dans sa voiture dynamitée le 20 décembre de la même année. Considéré comme héritier naturel du franquisme, sa mort obligera Franco à désigner le Prince d’Espagne et des Asturies d’alors Juan Carlos de Borbon, comme successeur et réintroduire la monarchie.
L’attentat contre Carrero Blanco a donc profondément modifié le futur de l’Espagne. Initialement les intentions de l’organisation séparatiste basque étaient d’enlever Carrero Blanco (avant sa nomination) pour l’échanger contre des prisonniers politiques.
Le film de Gillo Pontecorvo s’inspire du livre de la femme de lettres et activiste Eva Forest (Genoveva Forest I Tarrat) qui a sûrement (mais cela n’a jamais été prouvé) servie de liaison logistique pour le commando basque dans Madrid et permis à ceux-ci d’échapper à la Guardia Civil en facilitant leur exfiltration en France.
Son livre « Operation Ogro : comment et pourquoi nous avons exécuté Carrero Blanco » écrit en 1974 sous le pseudo de Julen Aguirre très peu de temps après l’attentat donc, est truffé d’erreurs volontaires sur les lieux et les dates pour brouiller les pistes à la Guardia Civil sur les dents.rueducine.com-operation-ogre-photo (2)
C’est de ce livre que s’inspire Gillo Pontecorvo et ses deux scénaristes Ugo Pirro et Giorgio Arlorio. Ugo Pirro remplace Franco Solinas (1927-1982) alors bien malade. Mais que ce soit Solinas, Pirro ou Pontecorvo, ces hommes sont tous des intellectuels de gauche qui vivent mal ce que l’on appellera plus tard « les années de plomb » qui endeuillent l’Italie. Par ce film ils pensent pouvoir lancer un message aux Brigades Rouges sur la pertinence de l’utilisation du terrorisme dans une démocratie (toute corrompue et critiquable qu’elle soit).
Les scénaristes décortiquent le passage d’une tactique (l’enlèvement) à l’autre (l’élimination physique) due aux impondérables politiques (la nomination de la victime à la tête du gouvernement et par là la multiplication de ses gardes du corps).
Le film montre une E.T.A. qui à l’époque pose une vraie réflexion sur les moyens de la lutte. Le film va au-delà du livre et dessine par ailleurs des point de vues divergents entre les 4 membres principaux du commando.
L’un interprété par Eusebio Poncela est un jusqu’au-boutiste prêt à assassiner le moindre représentant de l’Etat espagnol. L’autre, Gian Maria Volonté veut frapper rarement mais fort pour être en position de négocier.
On peut regretter que les deux autres personnages du commando soient plus anecdotiques ainsi que les deux personnages féminins principaux tenus par Angela Molina et Nicole Garcia dont le rôle ressemble furieusement à celui de Eva Forest.
Le scénario esquisse ainsi le futur de E.T.A. qui se scindera. Les plus extrémistes se perdront dans une radicalisation stérile et une litanie de morts inutiles, perdant par bêtise (E.T.A. assassinera sur le sol français) sa base arrière et sûre qu’était la France.
Bonne interprétation générale. La cohabitation entre interprètes espagnols et italiens se passe au mieux. La réalisation est un brin académique mais a  le mérite d’être quasi documentaire.
Enfin Ennio Morricone signe une fois de plus une colonne sonore magistrale. Les morceaux d’ouverture avec ce piano utilisé comme instrument de percussion et le morceau final à l’orgue sont tous deux exceptionnels.rueducine.com-operation-ogre-photo (2)

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Difficile d’oublier l’attentat en lui-même qui fait passer la voiture au dessus de l’immeuble pour retomber sur une balustrade côté cour. Dans la réalité la voiture a bien monté 6 étages et s’est retrouvée accrochée à un balcon de l’autre côté de l’immeuble. Impressionnant.rueducine.com-operation-ogre-photo (4)

NOTE : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : C’est Gian Maria Volonté, comédien politique qui a convaincu Gillo Pontecorvo mortifié par l’expérience de « Queimada » qui a subi les foudres de la censure et des coupures qu’il n’a pas supportées.rueducine.com-operation-ogre-photo (5)

FILMS DE Gillo Pontecorvo DÉJÀ COMMENTES :