PARRAIN (LE) (1972)

rueducine.com-le-parrain-1972FILM DE : Francis Ford Coppola
TITRE ORIGINAL :   Mario Puzo’s the godfather
PAYS : USA
GENRE :  Thriller, Mafia
AVEC : Marlon Brando, Al Pacino, James Caan, Robert Duvall, Diane Keaton, Sterling Hayden, John Cazale, Al Lettieri, Talia Shire, Richard Conte, Simonetta Stefanelli, John Marley, Abe Vigoda…
MUSIQUE : Nino Rota

Pour plus de détails voir IMDB 

SYNOPSIS : New Jersey années 1950 Don Vito Corleone est un des 5 boss de la mafia qui règne sur New York et le New Jersey. Lors de la fête du mariage de sa fille Connie, un envoyé de la famille Tattaglia, Sollozzo propose à Don Vito Corleone une association sur le trafic de drogue qui semble très prometteur. La famille Corleone reçoit des royalties en échange des appuis politiques dont bénéficie la famille Corleone. Cependant Don Vito refuse. Mais son fils aîné Santino y est favorable. Tattaglia ordonne l’assassinat de Don Vito pour rediscuter avec Santino et trouver un accord. Don Vito Corleone est abattu mais réchappe. Son fils cadet Michael appuie son aîné Santino pour des représailles. C’est Michael qui se chargera de tuer Sollozo et un membre de la police New New-yorkaise corrompu. Les assassinats perpétrés, Michael est obligé de quitter le pays et se réfugie en Sicile…

CRITIQUE: Énorme fresque avec pas tant de moyen que cela. Francis Ford Coppola adapte le roman de l’écrivain Mario Puzo qui a aussi participé à l’écriture du film. Cela donne un des plus grands films hollywoodien jamais tourné. Maîtrise du récit et timing impeccable pour un film de 180 minutes. Interprétation extraordinaire de Marlon Brando, James Caan, Robert Duvall et Al Pacino.  Photographie splendide. Un montage fluide et limpide. Et la musique de Nino Rota magnifique et célébrissime.
Francis Ford Coppola tourne ce film quasiment contre son studio La Paramount qui n’a pas du tout les mêmes choix artistiques. Premier grand rôle pour Al Pacino dont le studio ne voulait pas à cause de sa petite taille. Marlon Brando était tout aussi indésirable car trop imprévisible.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Le film est une succession de scènes toutes anthologiques. Je choisirai néanmoins celle de la vengeance finale dans laquelle pendant le baptême de sa fille, Michael,  le nouveau parrain fait assassiner tous ceux qui ont voulu affronter le clan Corleone. Chef d’œuvre de construction.

NOTE : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE :  Francis Ford Coppola était sous surveillance constante s’attendant à être débarqué du film à tout moment. Sans parler de la mafia qui a exercé quelques pressions: Pas question de parler de Mafia ou Cosa Nostra contre une certaine liberté à tourner dans le quartier de Little Italy de New York.

FILMS DE Francis Ford Coppola DEJA COMMENTES :