PRIMA LINEA (LA) (2009)

rueducine.com-la-prima-linea-2009FILM DE : Renato de Maria
PAYS : ITALIE
GENRE : Historique, Drame, Politique, Thriller
AVEC : Ricardo Scarmacio, Giovanna Mezzogiorno, Fabrizio Rongione, Duccio Camerini, Michele Alhaique, Jacopo Maria Bococchi, Lino Guanciale, Dario Aïata, Piero Cardano…
MUSIQUE : Max Richter

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Sergio Segio arrêté puis incarcéré fait le bilan de ses années de lutte armée, au sein du groupuscule d’extrême gauche « Prima linea » à la fin des années 1970 et le début des années 1980.  Les faits décrits (casse d’armurerie, gambizzazzione (tirs dans les jambes) sur les cadres d’entreprise, assassinat d’un magistrat, puis d’un ancien membre « repenti » du groupuscule). Le tout entremêlé de l’évasion organisée par Sergio Segio et son commando de Susanna Ronconi chef politique du groupuscule et amante de ce dernier.

CRITIQUE : Pour qui s’intéresse à la politique italienne, le film permet de replacer divers faits de terrorisme d’extrême gauche. D’une part chronologiquement, d’autre part en réattribuant les faits aux divers mouvements gauchistes ou d’extrême droite  durant les années de plomb qui ont secoué l’Italie.  Le film permet aussi de mieux appréhender la fin inéluctable de ces groupuscules qui répondent à la stratégie de tension du gouvernement et de la Démocratie Chrétienne (DC). Ceux-ci répondent aux arrestations ou à l’élimination de militants par des actes de plus en plus violents qui les coupent de la base ouvrière et étudiante.

Quant au film en lui-même il faut regretter un montage tortueux qui désamorce l’action principale (l’évasion de Susanna Ronconi de la prison de Venise) entrecoupée de nombreux flashbacks. Pour un spectateur français qui n’a pas de bases sur « les années de plomb » suivre le film devient une gageure.
Dommage, car le film montre les actes de violence, mais aussi les réflexions de ces groupuscules qui se sentent enfermés dans une spirale de violence, dont la mort d’Aldo Moro assassiné par les Brigades Rouges (BR) sonnera le glas. Certains membres de ces groupuscules vont commencer à parler à la police et aux services secrets italiens. D’autres vont abandonner la lutte.
Le film montre que les jusqu’au-boutistes s’interrogent sur leur faits. Mais la haine des représentants du pouvoir et du capitalisme ainsi que la pression policière qu’ils subissent les oblige à aller jusqu’à leur arrestation.
Bon film malgré ces défauts de montage.
Belle musique de Max Richter.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Après l’évasion se Susanna Ronconi, le commando apprend par la radio qu’une victime « collatérale » est à déplorer. Encore un mort dans le lourd bilan de leurs activités.

NOTE : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Le film est l’adaptation du livre « Miccia corta » à laquelle n’a pas participé l’auteur, Sergio Segio.

FILMS DE Renato de Maria DEJA COMMENTES :