QUAND LA CHAIR SUCCOMBE (1962)

rueducine.com-quand-la-chair-succombe-1962FILM DE : Mauro Bolognini
PAYS : ITALIE
TITRE ORIGINAL : Senilità
GENRE : Drame
AVEC : Anthony Franciosa, Claudia Cardinale, Philippe Leroy, Betsy Blair, Aldo Bufi Landi, Raimondo Magni, Nadia Marlowa…
SCÉNARIO : Tullio Pinelli, Goffredo Parise, Mauro Bolognini
MUSIQUE : Piero Piccioni

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Trieste, années 1920, Emilio Brentani est un petit fonctionnaire trentenaire qui vit dans le même appartement avec sa sœur. Il cherche une rencontre féminine mais qui ne nécessite pas son implication sentimentale. Il a pour modèle Stefano son ami artiste sculpteur. Stefano rend visite régulièrement à Emilio et Amalia. Mais ce jour Emilio vient de rencontrer Angiolina, fille pauvre, mais d’une beauté sublime à laquelle bien des hommes succombent…

CRITIQUE : Le thème de la putain sublime fait partie des grands thèmes explorés par Mauro Bolognini. « La Viaccia » (1961), « Bubu de Montparnasse » (1971), « L’héritage » (1976) et bien sûr « La dame aux camélias » (1981).
Mauro Bolognini défend toujours la femme qui se prostitue. Jamais il ne l’accable.
Et pour « Senilità » il en va de même.
C’est le personnage principal qui en prend pour son grade. Petit fonctionnaire qui rêve d’une vie bourgeoise et d’amours intenses et sans lendemain. Il tombe dans son propre piège avec Angiolina. De plus l’infâme martyrise sa propre sœur en voulant régenter les sentiments de celle-ci. Difficile d’avoir une quelconque empathie pour cet individu.
Très bon Anthony Franciosa.
Claudia Cardinale défend magnifiquement le personnage d’Angiolina. Et comme Mauro Bolognini est un esthète il lui offre une lumière signée Armando Nannuzzi grand photographe italien primé à maintes reprises. Le personnage d’Angiolina s’il n’est pas le personnage principal reste le moteur du scénario. Ce sont ses apparitions et ses absences qui donnent au personnage d’Emilio les impulsions qui  font le récit.
Il faut souligner l’excellent second rôle tenu par l’actrice Betsy Blair dans le rôle de la sœur au cœur brimé par son frère.
Belle musique signée Piero Piccioni. On n’est pas au niveau des chefs d’oeuvre qu’Ennio Morricone offrira plus tard à Mauro Bolognini. « Metello« , « La grande bourgeoise« , « La dame aux camélias » ou « La venexiana » mais la musique de Piccioni est agréable et souligne avec un certain bonheur le propos.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : La dispute entre Emilio et Angiolina sur le bord de mer tandis que la sœur de celui-ci se meurt. Emilio perd les deux femmes de sa vie. Magnifique scène, superbement mise en scène et magnifiquement éclairée. Claudia Cardinale sublime.

NOTE : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Le roman d’Italo Svevo situe l’action au milieu du XIX ème siècle. Mauro Bolognini a préféré le transposer dans le Trieste des années 1920 pour des raisons de décors naturels.rueducine.com-quand-la-chair-succombe-1962-locandina

FILMS DE Mauro Bolognini DÉJÀ COMMENTÉS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *