RIVIÈRE ROUGE (LA) (1948)

rueducine.com-la-riviere-rouge-1948FILM DE : Howard Hawks
TITRE ORIGINAL : The Red River
PAYS : USA
GENRE : Western
AVEC : John Wayne, Montgomery Clift, Joanne Dru, Walter Brennan, John Ireland, Coleen Gray, Harry Carey, Chief Yowlachie…
MUSIQUE : Dimitri Tiomkin

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Sud Texas au bord du Rio Grande, Thomas Dunson a en 15 années de dur labeur pu réunir plus de 9000 têtes de bétail. Mais la chute des cours est sur le point de le ruiner. Il décide avec Mattew Garth, son fils adoptif qu’il a recueilli sur les berges de la Rivière Rouge après que sa famille eut été massacrée par les indiens il y a aussi 15 ans, de regrouper le bétail, le marquer, recruter des cowboys pour traverser le sud des Etats-Unis et vendre le bétail dans le Missouri. Mais le voyage est long (plus de 100 jours) et les dangers multiples: attaques d’indiens, vol de bétail, et un climat défavorable. Dunson au fur et à mesure que les jours passent devient de plus en plus dur avec ses hommes et ceux-ci supportent de plus en plus mal la tyrannie et l’injustice de Dunson…

CRITIQUE : Après son chef d’œuvre noir « Le grand sommeil » (1946) Howard Hawks se tourne vers le western par un ami écrivain Borden Chase à qui il achète les droits de son roman. Il lui demande de co-écrire le scénario avec lui mais les deux hommes s’entendent mal autour de la table de travail. Ils se fâchent et Hawks engage une autre plume: Charles Schnee.
A eux trois ils font de ce film un grand classique du genre. Le film décrit un milieu d’homme âpre et impitoyable. Même l’unique femme du film a un comportement masculin.
Le film est ce que les critiques appelleront un sur-western c’est à dire un western avec de fortes références psychologiques voire psychanalytiques. la scène de comparaison des pistolets est une scène symptomatique.
Casting magnifique et Montgomery Clift dés le début de sa carrière truste les premières places des affiches. Joanne Dru n’a que trois scènes mais elles sont toutes magnifiques. Et John Wayne n’hésite pas à noircir son âme dans ce film qui annonce son interprétation magistrale dans « La prisonnière du désert » de John Ford. Walter Brennan comme dans « Rio Bravo » du même réalisateur assure les scènes de comédie.
Howard Hawks a fait appel à un grand musicien de western Dimitri Tiomkin qui ne faillit pas dans sa tâche.

[display_podcast]

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : A Abilene c’est l’heure du dernier règlement de comptes entre Dunson et Matt. Les deux hommes jouent du coup de poing. Tess, elle joue du pistolet pour les rabibocher.

NOTE : 16/20

L’ANECDOTE : Montgomery (Monty) Clift (1920-1966) a eu une carrière éclair : 17 films.

FILMS DE Howard Hawks DÉJÀ COMMENTÉS :