S.O.B. (1981)

rueducine.com-SOB-1981FILM DE : Blake Edwards
PAYS : USA
GENRE : Comédie
AVEC : Julie Andrews, William Holden, Marisa Berenson, Larry Hagman, Robert Loggia, Stuart Margolin, Richard Mulligan, Robert Preston, Robert Vaughn, Shelley Winters, Loretta Swit, Rosanna Arquette…
MUSIQUE : Henry Mancini

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Hollywood années 1980, Felix Farmer réalisateur auréolé de succès jusqu’à présent vient de sortir son dernier film, une gentillette comédie musicale pour un public jeune avec en vedette sa femme Sally. Mais c’est un bide intégral! Les bobines sont rappelées au studio. Felix sombre dans la dépression, et tente en vain de se suicider. Ses amis l’entourent et tentent de canaliser le studio qui réclame Felix à haut cris pour qu’il refasse des scènes, ainsi que la presse qui sent déja poindre la mort artistique de Felix. De plus Sally décide de profiter de la faiblesse de son mari pour divorcer et réclamer la majeure partie de sa fortune…

CRITIQUE : Œuvre hautement autobiographique de la part de Blake Edwards qui a connu le firmament de la réussite avec « La panthère rose » et une série d’échecs consécutifs jusqu’à devoir s’éloigner de Hollywood et de la pression des studios pour se ressourcer. Echaudé par ses relations conflictuelles avec les studios, Blake Edwards pense que les pontes de Hollywood et tous les médiocres qui les entourent ainsi que la presse qui se délecte de la chute d’un homme qui a réussi, sont des enc… (Son Of a Bitch). Voyez sur l’affiche les lettres « SOB » composées du panneau célèbre des collines de Hollywood. Il se défoule avec ce brûlot anti hollywoodien et griffe méchamment le monde des studios. La force du film est que ce n’est pas une dénonciation aride et larmoyante. Il s’agit bien d’une comédie dans laquelle les gags fusent. La caricature n’en est que plus mordante. Le film est servi par un casting impressionnant qui viennent interpréter avec conviction des carcatériels, des pique assiettes, des charlatans, des drogués, des despotes, des vautours j’en passe… William Holden, Robert Loggia et Robert Preston forment un trio magnifique, tandis que Julie Andrews en profite pour casser son image un peu trop lisse à son goût. La belle musique de Henry Mancini accompagne ce cocktail molotov sur celluloïd.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : La journaliste avide de scoops fait le pied de grue devant les studios dans lesquels Felix Farmer tourne à huis-clos des scènes licencieuses pour pimenter son ratage et le ressortir pour un public plus averti. Celle-ci pique une crise de diva exigeant l’entrée dans les studios au producteur lui-même interdit d’entrée! Un grand moment sur l’ego de ces gens.

NOTE : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Bien entendu le studio Paramount via sa filiale Lorimar administre des coupures de scènes supposées osées. Blake Edwards ne décolère pas.

FILMS DE Blake Edwards DEJA COMMENTES :