SAGE FEMME (2017)

FILM DE : Martin Provost
PAYS : FRANCE
GENRE : Comédie dramatique
AVEC : Catherine Frot, Catherine Deneuve, Olivier Gourmet, Quentin Dolmaire, Mylène Demongeot…
SCÉNARIO : Martin Provost
MUSIQUE : Grégoire Hetzel

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS

Mantes-la-Jolie, années 2000 Claire, la cinquantaine est sage femme dans une maternité sur le point de fermer ses portes pour se retrouver intégrée à un immense ensemble hospitalier. Mais Claire refuse de faire partie de ce nouvel hôpital. Un jour elle reçoit un appel de la dernière maîtresse de son père, Béatrice Sobolevski. Celle-ci gravement malade cherche à retrouver son ex amant. Elle donne rendez-vous à Paris à Claire. Claire qui n’apprécie pas Béatrice estimant qu’elle est la cause du suicide de son père lui annonce brutalement le décès de celui qu’elle recherche…

CRITIQUE

Le cinéma de Martin Provost « Le ventre de Juliette » (2003), « Séraphine » (2008), « Violette » (2013) n’est a priori pas ma tasse de thé.
Si j’ai vu « Sage femme » c’est avant tout parce que Catherine Deneuve y jouait dedans. Et de ce côté-ci je n’ai pas été déçu. L’actrice est toujours exceptionnelle dans ses rôles de femme avec un beau grain de folie. Ici son personnage a une soif de vivre assez phénoménale et emporte dans un tourbillon une femme bien plus « sage »… Ça tombe bien celle-ci est sage femme.

Deneuve fume et boit d’abondance. En ces temps de disette de libertés individuelles, c’est toujours un joli bras d’honneur.
Le trio Deneuve, Frot, Gourmet est parfait. Le film par contre est sans aucune surprise sur le plan scénaristique. Et côté cinéma (spectacle) il n’y a que le jeu des acteurs à se mettre sous la dent.

Mais au final c’est bien chiche tout ça. Jusqu’à la musique de Grégoire Hetzel dont le spectateur attend (en vain) qu’elle décolle!

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Catherine Deneuve cigarette au bec qui conduit un poids lourd comme si elle avait fait cela toute sa vie.

NOTE : 12/20

L’ANECDOTE

Martin Provost a été sauvé à sa naissance par une sage femme. D’où sûrement cette remontée freudienne sur grand écran.

FILMS DE Martin Provost DÉJÀ COMMENTÉS :