SILVIO ET LES AUTRES (2018)

FILM DE : Paolo Sorrentino
TITRE ORIGINAL : Loro
PAYS : ITALIE, FRANCE
GENRE : Comédie dramatique, Biographie
AVEC : Toni Servillo, Elena Sofia Ricci, Riccardo Scarmacio, Kasia Smutniak, Euridice Axen, Anna Bonaiuto…
SCÉNARIO : Paolo Sorrentino, Umberto Contarello
MUSIQUE : Lele Marchitelli

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS

Pouilles années 1990, Sergio Morra est un jeune entrepreneur qui confond volontiers business et trafic. Cocaïne, et prostitution sont ses moyens favoris pour obtenir des marchés. Mais il se sent à l’étroit et il pense que le fait de rencontrer Silvio Berlusconi lui permettra de développer ses affaires et ses réseaux. Direction Rome…

CRITIQUE

Paolo Sorrentino 48 ans en 2018 nous fait une belle crise (un poil précoce) de la cinquantaine.
Après un pré générique abscons d’un mouton qui rentre dans un domicile en Sardaigne où la climatisation semble déréglée et amène l’animal à mourir de froid, le scénariste et réalisateur met en avant un jeune entrepreneur ambitieux qui fait ses affaires par la prostitution et la cocaïne. Paolo Sorrentino lâche les chevaux de sa libido et filme pendant quarante minutes des jeunes filles dénudées, les narines blanchies par la poudre, et volontiers partouzardes contre rémunération.
Le réalisateur flirte pendant ces quarante minutes avec la pornographie.
Il use et abuse des ralentis sur les déhanchements des corps féminins sur la musique techno et les embrassades lesbiennes.
Outre que le spectateur s’ennuie ferme, et attend le début d’un film qui annonce 151 minutes de durée, il se demande ce qu’il fait dans cette galère, où rien ne se passe si ce n’est que les petits culs et seins sont passés des Pouilles à Rome et de Rome en Sardaigne et se trémoussent toujours.

Quand au bout de ces quarante longues minutes apparaît enfin Silvio Belusconi dans sa demeure en Sardaigne. Le spectateur se dit que le film va enfin commencer.

Hélas! le réalisateur abandonne pour le coup le personnage que l’on suivait jusqu’à présent, pour se concentrer sur le personnage de Berlusconi. Mais de politique il en est au final peu question. On a bien un court passage sur l’achat des votes de 6 sénateurs. Et le dernier serment de fidélité à l’Italie pour son troisième gouvernement qui durera moins d’un an.
De plus le film pâtit d’immenses ellipses, qui n’aident pas à la compréhension de la situation dans le temps des images.

Pour le reste Paolo Sorrentino fait une satire (plutôt féroce) sur un VRP richissime, qui passe ses journées dans son domaine de Sardaigne, qui aime pousser la canzonetta devant un public restreint mais béat et se préoccupe plus de son apparence physique et de son pouvoir de séduction sur les jeunes filles que du bien être de ceux qui votent pour lui c’est à dire: EUX (LORO) d’où le titre original du film.

Et là réside la grande déception. C’est que Paolo Sorrentino ne s’intéresse pas à EUX. Il ne cherche pas à comprendre pourquoi le peuple italien a mis par trois fois cet homme inconséquent, coureur de petites culottes, aux goûts esthétiques plus que douteux, aux méthodes mafieuses, et à la fortune obscure à la tête du pays.
EUX sont les grands absents du film.

Quel gâchis. D’autant plus dommageable qu’il a un interprète hors catégorie avec l’incroyable Toni Servillo. Une fois de plus il incarne son personnage avec une conviction sidérante. Son interprétation sauve le film d’un naufrage total.

La musique de Lele Marchitelli ne laisse aucun souvenir.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Ennio Doris un ami de Silvio lui explique qu’il doit se battre alors qu’il vient de perdre les élections. Il lui suffit d’être convaincant et de faire basculer 6 sénateurs dans son camp. Scène dans laquelle Toni Servillo joue les rôles de Ennio Doris et Silvio Berlusconi.

NOTE : 08/20

L’ANECDOTE

Le film est sorti en Italie en deux volets « Loro 1 » (100 minutes) et « Loro 2 » (104 minutes). Promis à une présentation à Cannes comme la plupart des films du réalisateur, il ne sera finalement pas sélectionné.

FILMS DE Paolo Sorrentino DÉJÀ COMMENTÉS :