SOLEIL LEVANT (1993)

rueducine.com-soleil-levant-1993FILM DE : Philip Kaufman
TITRE ORIGINAL : Rising sun
PAYS : USA
GENRE : Policier, Buddy movie
AVEC : Sean Connery, Wesley Snipes, Harvey Keitel, Cary-Hiroyuki Tagawa, Ray Wise, Tia Carrere, Stan Egi, Steve Buscemi…
SCENARIO : Michael Crichton, Michael Bakes, Philip Kaufman
MUSIQUE : Tôru Takemitsu

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Los Angeles années 1990, lors de négociations de rachat entre un consortium japonais et une entreprise de micro-informatique en rapport avec l’armement, une fête dans l’immeuble appartenant aux japonais tourne au drame. Une escort girl est retrouvée morte apparemment étranglée et violée. l’inspecteur de liaison Web Smith est dépêché sur le lieux. Mais auparavant on lui ordonne de venir accompagner d’un certain John Connor spécialiste des mœurs japonaises…

CRITIQUE : Ce polar m’a donné de drôles de sensations. A la fois une certaine satisfaction grâce à  un scénario travaillé avec rebondissements, et une grosse déception à cause d’une accumulation de clichés du genre buddy movie et pire encore d’inepties sur les rapports entre Japon et Amérique.
Le film surfe sur la vague du techno thriller et de l’erotic thriller sans s’engager vraiment ni dans un genre ni dans l’autre. Ce qui donne cette sensation de frustration.
De plus le film manque d’une grosse scène d’action aboutie. La poursuite en voiture est avortée ainsi que la scène finale de course poursuite dans l’immeuble japonais.
Si la réalisation de Philip Kaufman est efficace le film doit avant tout pour son casting et la présence salvatrice de sir Sean Connery capable de par son unique présence d’éveiller un intérêt quasi moribond pour une oeuvre de cinéma bien malade. Son rôle est de plus le mieux écrit : en plein lors des apparitions du personnage et en délié lorsqu’il est absent de l’image, se sont alors les autres personnages qui en parlent.
les rôles de Wesley Snipes et Harvey Keitel sont quant à eux bien moins fouillés. Et le fait qu’ils aient tous deux fauté par le passé n’apporte rien.
Ne parlons pas du rôle anecdotique de Steve Buscemi dont on aurait pu penser qu’il amènerait un plus au film.
La musique de Tôru Takemitsu manque d’un ou deux morceaux pêchu qui puisse aider à pimenter le film.

[display_podcast]

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Sur les lieux du crime John Connor engueule copieusement un des sous-fifre du PDG japonais. Par la suite il expliquera que c’est pour lui permettre de ne pas perdre la face devant son employeur tout en obéissant à la police. Scène assez saisissante de brutalité soudaine et inattendue.

NOTE : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Philip Kaufman s’est frotté à plusieurs genres dans le cinéma américain, le western, le film d’horreur, le film historique, la chronique, le polar etc… Il est aussi le co-créateur avec George Lucas du personnage d’Indiana Jones.

FILMS DE Philip Kaufman DEJA COMMENTES :