Synopsis

Miami, Mike Hagen, un journaliste sportif new yorkais lors d’une soirée après une rencontre de golf, passe une soirée inoubliable (qu’il a oublié) avec Marilla Brown une styliste de mode elle aussi New Yorkaise. Le lendemain matin il la retrouve au bord de la piscine de l’hôtel. Le jeu de la séduction reprend et dans la foulée c’est le mariage entre Mike et Marilla. Alors qu’ils rentrent tous deux à New York, ils s’aperçoivent qu’ils ne se connaissent pas l’un l’autre et que leur monde est très différent. Mike fréquente le monde interlope du sport et des jeux, Marilla fréquente la fine fleur des artistes New Yorkais…

CRITIQUE

Ce film rentre plus dans le sous-genre de la comédie romantique que dans le screwball comme il est plutôt classé, même si effectivement il lorgne vers « Indiscrétions » (« The Philadelphia story« ) (1940) de George Cukor.

Vincente Minnelli qui ne fait pas les choses à moitié et injecte, avec la complicité de son scénariste George Wells, de la comédie musicale et du thriller de comédie. Ce qui donne un rythme endiablé au film.
Comédie très réussie qui met en décalage les voix off et les faits, mettant les spectateurs en position inconfortable mais jubilatoire pour le spectateur. Les situations partent d’un mensonge de Mike à propos d’une ex et de sa photo qui attise la jalousie de Marilla.

Les scènes absurdes s’enchaînent ainsi que les dialogues vifs et mordants, servis par des personnages pittoresques comme le boxeur, le chef de la rédaction, le bras droit du truand, ou le chorégraphe.Mickey Shaughnessy, Chuck Connors, et Jack Cole sont formidables.

Mais il faut souligner Gregory Peck dans un de ses meilleurs rôles de comédie, ainsi que Lauren Bacall qui malgré un tournage difficile. Lorsqu’elle rentre chez elle, c’est pour se mettre au chevet de son mari (Humphrey Bogart) mourant d’un cancer de l’œsophage.

Comme toujours chez Vincente Minnelli le traitement de l’image par la couleur et les contrastes est exceptionnel. Le film est aussi épuré de scènes de transitions inutiles et conserve ainsi toute sa vigueur.
Belle comédie.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE  

Mike Hagen invite Lori Shannon (son ex) pour lui annoncer avec de grandes difficultés qu’il vient de se marier. Celle-ci lui dit que ce n’est rien et qu’elle ne lui en veut pas tout en lui renversant une assiette de raviolis en sauce sur l’entrejambe.

L’ANECDOTE

Le film était à l’origine conçu pour James Stewart et Grace Kelly. Mais le mariage de cette dernière sur le rocher monégasque fit capoter le casting.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *