Synopsis

Nouvelle Calédonie (France) ce vendredi 22 avril 1988 la gendarmerie de Fayaoué sur l’ïle d’Ouvéa est prise d’assaut par des indépendantistes Kanaks. Mais la fébrilité des assaillants et la résistance des gendarmes, pousse les Kanaks à utiliser les armes. Bilan: 4 gendarmes tués et 3 indépendantistes blessés. Les gendarmes sont faits prisonniers et séparés en deux groupes.  Le premier se dirige vers le sud et le second mené par Alphonse Dianou vers le nord. En France le capitaine Philippe Legorjus du GIGN est réveillé dans la nuit. Il doit se rendre en Nouvelle Calédonie avec ses hommes pour négocier avec les preneurs d’otages. Mais les élections présidentielles et la cohabitation François Mitterrand/Jacques Chirac, rebattent constamment les cartes…

CRITIQUE

Mathieu Kassovitz n’est pas fier de ce qui a pu se passer en Nouvelle Calédonie à la fin des années 1980… Moi non plus!

Il pense que l’issue de la prise d’otages dans la grotte d’Ouvéa aurait pu être toute autre que le bilan de 19 morts kanaks et 2 militaires, et bien moins pire. Pour ma part je ne peux que la regretter. Il décide donc d’en faire un film avec l’ambition (du moins il m’a semblé) qu’il devienne une référence sur des événements plus jamais revus en France depuis la guerre d’Algérie, à savoir un assaut de l’armée française sur le territoire français.

Cependant Mathieu Kassovitz décide de prendre le point de vue de l’ex chef du GIGN Philippe Legorjus ainsi que sa vision des faits décrits dans le livre du militaire « La morale et l’action ». Or ses écrits sont généralement contredits avec les témoignages de ses anciens collègues du GIGN avec lesquels il a de mauvaises relations, et il est souvent accusé de se donner le beau rôle et de piétiner la vérité. Ainsi l’ancien procureur de la République à Nouméa Jean Bianconi venu parlementer avec les preneurs d’otages et qui est pris en otage lui aussi, contredit sur de nombreux points les affirmations de Philippe Legorjus.

Le film est en lui-même intéressant et permet déjà de remettre sur la table les interrogations qui s’imposent.
Quel est le rôle de Bernard Pons (Ministre de l’Outre-mer sous le gouvernement de Jacques Chirac de 1986 à 1988)? A-t-il tout fait pour éviter l’assaut militaire?
Quels ont été les rôles de Jacques Chirac premier ministre et François Mitterrand Président de la République tous deux lancés en campagnes présidentielles dont le dénouement dramatique d’Ouvéa a lieu entre les deux tours de scrutin?
Quelles furent les influences de Charles Pasqua sur le drame alors qu’il gérait la libération de trois otages français au Liban?
A t-on vraiment voulu saborder la libération des gendarmes otages par les négociations au profit d’une solution militaire?

Le film pose donc beaucoup de questions mais donne des réponses insatisfaisantes car entachées de discrédit par la personnalité de Philippe Legorjus dont Mathieu Kassovitz a décidé d’interpréter le rôle. En faisant cela il s’engage pour la version de Philippe Legorjus et c’est là que le bât blesse.

Sur le plan factuel, le film qui a connu d’énormes soucis de productions, est une vraie réussite. Belle interprétation générale, photographie magnifique, intelligence de l’utilisation de la géographie, montage impeccable.

La musique de Klaus Badelt (très influencé par Hans Zimmer) adepte des percussions parvient avec la participation des Tambours du Bronx à donner une dramatisation adéquate au film.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La prise d’assaut en elle même où dans une forêt dense, et un terrain accidenté, et donc offrant une visibilité plus que limité, les balles sifflent au-dessus des têtes des gendarmes du GIGN et la compréhension du champ de bataille est extrêmement difficile pour les militaires.

L’ANECDOTE

Le film en métropole est un échec public retentissant. En Nouvelle Calédonie sans y être interdit le film n’a à ce jour pas été projeté au grand public. Le gérant des salles de Nouméa a décidé de ne pas proposer le film pour ne pas raviver les tensions. Hypocrisie? Censure déguisée?

NOTE : 11/20

Video & Photo

1 videos 8 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *