Synopsis

Argentine en 1938, un repas de famille va avoir lieu. Le grand père Madariaga a eu deux filles l’une ayant épousé un allemand Karl von Hartrott, l’autre un français Marcel Desnoyers. Madadriaga apprécie son petit fils Julio fils de Marcel avec lui il va dans la Boca (quartier chaud de Buenos Aires) où ils dansent jusqu’au petit matin. Le repas aura lieu en l’honneur du jeune Heinrich fils de Karl qui rentre diplômé supérieur d’Allemagne. Mais durant le repas le grand père comprend que son petit fils est un membre actif du parti nazi et sous la colère et le dégoût il meurt d’une attaque cardiaque. Les deux familles se rapatrient en Europe chacune dans son pays. Mais déjà la Pologne est envahie…

CRITIQUE

Ce film est tiré du roman éponyme de Vicente Blasco Ibañez qui se situait durant la première guerre mondiale. Un premier film muet intitulé comme le roman est sorti en 1921 réalisé par Rex Ingram et avec pour vedette Rudolph Valentino.

Robert Ardrey et John Gay réadaptent le roman pendant la seconde guerre mondiale, dont la majeure partie se situe dans le Paris occupé.

Le gros problème du film est l’âge de Glenn Ford qui lors du tournage a 46 ans. Il a donc quelques difficultés à donner de la crédibilité à son personnage de séducteur, jouissif et désinvolte.
Le reste du casting est très bon. Lee J. Cobb  ouvre le début de façon flamboyante.
Charles Boyer et Paul Lukas sont magnifiques.

Le film a cependant deux grandes qualités: Son scénario implacable, et sa réalisation grandiose au technicolor parfait.

L’utilisation d’images d’archives légèrement déformées et filtrées en rouges, ainsi que les apparitions des quatre cavaliers dans un ciel tourmenté dramatisent avantageusement le film.

Film techniquement parfait qui pêche par le rôle principal. C’est dommage.

La musique d’André Previn est tout simplement sublime et offre un bel écrin à ce bijou.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Karl von Hartrott reçoit dans son bureau de général son beau frère Marcel Desnoyers qui vient le supplier de relâcher sa fille Gigi. Mais celui-ci lui répond que la guerre a été cruelle pour lui. Qu’il a déjà perdu deux de ses trois enfants. Et que Marcel n’est pas à plaindre n’en ayant perdu qu’un. Gigi. Marcel apprend ainsi qu’elle est morte à Compiègne torturée par les nazis. Scène coup de poing.

L’ANECDOTE

Vincente Minnelli voulait Alain Delon et Romy Schneider pour interpréter les rôles de Julio et Marguerite Laurier. Mais la production préférait des acteurs qui maîtrisaient parfaitement l’anglais. D’où le choix de Glenn Ford et Ingrid Thulin.

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 18 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *