rueducine.com-daniel-duvalActeur, scénariste et réalisateur, la carrière de Daniel Duval  est quasi exclusivement tournée vers le cinéma. Il débute avec un petit rôle dans « Que la fête commence » de Bertrand Tavernier.
Avec sa tronche de mauvais garçon, malgré qu’il n’ait quasiment joué que dans des seconds rôles on peut dire que le polar et le thriller français lui doivent beaucoup. Ces personnages étaient bien souvent assez durs pour être mémorables.
En tant qu’acteur il a tourné dans beaucoup de films de ces genres:
« L’agression » (1975) de Gérard Pirès
« La dérobade » qu’il a lui-même réalisé en 1979
« Le bar du téléphone » (1980) de Claude Barrois
« Le juge » (1984) de Philippe Lefebvre
« Un été d’enfer » (1984) de Michael Schock
« Les loups entre eux » (1985) de José Giovanni
« Total Kheops » (2002) de Alain Bévérini
« Gomez & Tavarès » (2003) de Gilles Paquet Brenner
« Le temps du loup » (2003) de Mikael Haneke
« 36 quai des orfèvres » (2004) de Olivier Marchal
« Caché » (2005) de Mikael Haneke
« Le deuxième souffle » (2007) de Alain Corneau
« Banlieure 13 : Ultimatum » (2009) de Patrick Alessandrin
« Les lyonnais » (2011) de Olivier Marchal
« Beau rivage » (2011) de Julien Donada

Daniel Duval a vécu des temps difficiles au cinéma dans les années 1985-1994. Il a pu faire quelques téléfilms durant ces années noires. Au début des années 2000, il a pu de nouveau retrouver des rôles pour le cinéma.

En tant que réalisateur nous retiendrons sur les 6 films de cinéma tournés  « La dérobade » (1979) film assez dur sur la prostitution, « Effraction » (1983) et « Le temps des porte-plumes » (2006) dans une veine intimiste.

Daniel Duval a aussi participé à des films moins grand public avec des jeunes auteurs.