rueducine.com-Richard-AttenboroughNé à Cambridge en 1923 d’une famille d’universitaires, il fait des études à la Royal Art Dramatic Academy (RADA) de Londres. Puis il fait ses débuts au théâtre. Quand l’Angleterre est plongée dans la seconde guerre mondiale. Richard Attenborough sert la Royal Air Force et notamment le service de propagande de la RAF Film.
Au sortir de la guerre il tourne beaucoup en tant qu’acteur et devient l’un des plus populaires de Grande Bretagne au cinéma comme au théâtre.

C’est à la fin des années 1960 qu’il décide de réaliser son premier film. « Ah dieu! que la guerre est jolie » (« Oh! what a lovely war« ) (1969) film en forme de comédie musicale et de parabole antimilitariste. Gros succès populaire.

En 1972 il tourne une biographie de la jeunesse de Winston Churchill « Les griffes du lion » (« Young Winston« ) avec Simon Ward , Anne Bancroft, Robert Shaw,  Jack Hawkins, Ian Holm, Anthony Hopkins et John Mills.

En 1977 il prend à nouveau la guerre comme sujet. Mais cette fois il s’agit d’un fait dramatique de la seconde guerre mondiale durant la reconquête des Pays-Bas en 1944. « Un pont trop loin » (« A bridge too far« ) avec un casting pléthorique et luxueux est un des meilleurs films sur la seconde guerre mondiale. Énorme succès au cinéma et un film multi-diffusé dans les télévisions du monde entier.

Mais l’année suivante le film « Magic » l’histoire d’un ventriloque manipulé par sa marionnette, reçoit un très bon accueil critique mais côté public le film est plutôt un échec.

rueducine.com-oscar1Ce britannique décide de tourner une biographie (hagiographie) de celui qui a libéré l’Inde du joug britannique. « Gandhi » (1982) film à grand spectacle avec le magnifique acteur Ben Kingsley dans le grand rôle de sa vie. Le film est récompensé à de multiples reprises et sort  auréolé de 8 oscars dont meilleur film, meilleur scénario, meilleur réalisateur et meilleur acteur. Ajoutez à cela 5 Golden Globe et 5 BAFTA.

rueducine.com-Richard-Attenborough (3)Richard Attenborough se replonge dans la comédie musicale avec « Chorus line » (« A chorus line« ) (1985). Le film ne rencontre pas vraiment le public.

2 ans plus tard Richard Attenborough propose au public « Cry freedom » (1987) qui relate l’assassinat de Steve Biko dans sa prison en Afrique du sud et l’enquête menée par le journaliste blanc Donald Woods. Le film sort alors que l’Afrique du sud est encore plongée dans la politique d’Apartheid, et que Nelson Mandela dans la prison de Pollsmoor et négocie sa sortie de prison et la fin du régime d’Apartheid.
Le film fait grand bruit mais intéresse peu le public américain. Il trouve mieux son public en Europe.

En 1992 Richard Attenborough qui a une passion pour Charles Chaplin, tourne la biographie de l’acteur-réalisateur et créateur du personnage de Charlot.
The BBC BAFTA Lifetime Achievement Tribute...Picture Shows:   LoC’est Robert Downey Jr. qui incarne le personnage de Chaplin. Le film est un échec retentissant. La bonne interprétation de l’acteur a du mal à faire passer un scénario trop vaste.

La carrière de Richard Attenborough en tant que réalisateur S’achève sur trois films « Les ombres du cœur » « Shadowlands » (1993). Avec son acteur fétiche Anthony Hopkins et Debra Winger. Un mélodrame un peu guindé.
Puis deux films qui n’auront aucun succès « Grey  Owl » (1999) malgré Pierce Brosnan et « Closing the ring » (2007) malgré Shirley MacLaine et Christopher Plummer.

Parallèlement à sa carrière de réalisateur Richard Attenborough a continué sa carrière d’acteur. Relancée en grande partie par « Jurassic Park » (1993) de Steven Spielberg » où il incarnait un créateur de parc animalier de bêtes préhistoriques.  Parmi ses meilleurs films :

« La grande évasion » (« The great escape« ) (1963) de john Sturges, « Le vol du Phénix » (« The flight of the Phoenix« ) (1965) de Robert Aldrich, « Rosebud » (1975) de Otto Preminger, « Hamlet » (1996) de Kenneth Brannagh, « Elizabeth » (1998) de Shekar Kapur.