Synopsis

New York années 1980, le détective Jack Williams se fait descendre chez lui. C’était un ami du chef de police Pat Chambers et du detective privé Mike Hammer. Ce dernier se rend chez la femme de Jack Williams. Celle-ci lui avoue qu’entre eux ils n’avaient plus de relation sexuelle et qu’ils suivaient une thérapie dans une prestigieuse clinique. Mike Hammer se rend à la clinique et s’aperçoit que les conversations avec la belle médecin Charlotte Bennett sont enregistrées par du matériel gouvernemental…

CRITIQUE

Autant le dire de suite je n’ai pas été convaincu par l’interprétation d’Armand Assante dans le rôle du détective Mike Hammer.
De même l’intrigue m’a parue un brin alambiquée avec CIA et officine obscure d’icelle, clinique thérapeutique, tueur psychotique et mafia. Cela fait beaucoup.

Classifié comme film néo-noir le film penche plutôt vers l’entertainment survitaminé. A l’image du 4×4 qui roule au whisky mélangé à des boules de naphtalines.
Le spectateur par cet aspect du film ne s’ennuie guère. Les scènes d’action s’enchaînent, le côté gore n’est pas vraiment atténué et pour mieux appâter le chaland quelques scènes dénudées sont parsemées au long de l’intrigue.

Autre surprise, c’est le rôle de la secrétaire baroudeuse de Mike Hammer tenu par Laurene Landon. Non seulement le rôle est plutôt bien développé, mais l’interprétation de Laurene Landon est surprenante par sa densité.

Barbara Carrera est elle aussi remarquable en doctoresse vénéneuse et ambiguë.

La réalisation de Richard T.Heffron est efficace et donne le beau rôle à la ville de New York. Les décors naturels qu’offre la ville sont très bien utilisés pour s’imbriquer dans l’action du film.

La musique de Bil Conti est assez inégale. Parfois brillante, parfois terne et en manque d’une ossature.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Mike Hammer débarque sur un tournage de film. Les effets spéciaux sont fins prêts, alors que Hammer interroge un témoin. Mais le témoin se fait trucider et sa chute déclenche les artifices sur les figurants. Scène à la fois d’action et de comédie très réussie.

L’ANECDOTE

C’est le scénariste Larry Cohen qui a commencé le tournage mais il est très vite débarqué par la production au profit de Richard T. Heffron. Le budget est largement dépassé et met en péril la viabilité de la société de production American Cinema.

NOTE : 11/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *