Synopsis

Eddie Felson et Charlie Burns, son manager, sillonnent la côte est. Ils se font passer pour des représentants, mais en fait vivent petitement d’arnaques. Eddie Felson fait croire à des amateurs de billards qu’il n’est pas bon à ce jeu, d’autant qu’il boit, puis les paris montant , il plume les pigeons qui se font avoir. Mais le rêve d’Eddie est d’enfin tomber sur un joueur de sa classe. A New York justement il rencontre dans une salle de billard, Minnesota Fats réputé imbattable. Les deux manager se mettent d’accord pour une rencontre entre Eddie et Minnesota…

CRITIQUE

Le film adapté d’un roman éponyme de Walter Tevis est basé sur une trame assez classique particulièrement dans les films sur le sport : un homme perd tout et doit réapprendre à retrouver confiance en soi et le chemin de la victoire.

Il vaut surtout pour l’extraordinaire performance des acteurs principaux. Paul Newman qui trois ans après « La chatte sur un toît brûlant » (« Cat on a hot tin roof« ) (1958) retrouve un rôle marquant.
Piper Laurie interprète son dernier grand rôle pour longtemps : elle ne retrouvera les studios de tournage qu’en 1976.
George C. Scott avec ce rôle prend du galon, jusqu’à présent il était un peu perdu au fond des génériques, il obtient même une nomination aux Oscars qu’il refuse jugeant que le métier d’acteur n’est pas une compétition.
Et Jackie Gleason relance une carrière cinématographique alors qu’il travaille surtout à la télévision dans des registres de comédie ou de drames.

Pour en revenir au film, les parties de billards même pour un non connaisseur sont réalisées de façon à ce que le suspens soit maintenu et facile à suivre.

Le film raconte avant tout l’amour d’une femme pour un homme qui aime le billard. Le couple Eddie/Sarah est bien entendu voué à l’rueducine.com-oscar1échec. Il suffit que l’un des deux remonte la pente pour que l’autre termine au bord du chemin.

Outre le noir et blanc du photographe Eugen Schüfftan récompensé aux Oscars, le clou du spectacle est assurément dans la musique jazz composée par Kenyon Hopkins. Un pur bijou. Du velours pour les oreilles.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Eddie Felson après une nuit de jeu contre Minnesota Fats est épuisé, et ivre. Ayant battu le champion une grande partie de la nuit imbu de sa personne, il n’a plus la notion des choses et se croît imbattable. Paul Newman est magnifique dans l’interprétation de ce personnage pathétique.

L’ANECDOTE

Martin Scorsese en 1986 tournera une suite des aventures de Eddie Felson qui managera un jeune poulain talentueux interprété par Tom Cruise. Mais il décalera le tournage de « La couleur de l’argent » (« Color of money« ) plusieurs fois voulant tourner la vie du boxeur Jake LaMotta dans « Raging bull » (1980). Jake LaMotta qui interprète un barman dans « L’arnaqueur« .

NOTE : 14/20

Video & Photo

1 videos 18 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *