Synopsis

Benjamin Braddock rentre chez lui à Pasadena en Californie, après avoir fait des études supérieures à l’université de Harvard (Cambridge, Massachusetts) couronnées de succès. A peine rentré son père pour le féliciter lui offre (entre autres) une Alfa Roméo et organise une réception avec les amis de la famille. Tous viennent féliciter le lauréat. Mais Ben ne se sent pas à l’aise. il est préoccupé par son futur, et il part s’isoler dans les étages de la maison familiale. Il rencontre madame Robinson qui cherche les toilettes. Elle lui demande de bien vouloir le ramener chez elle. Ben lui tend les clefs de son Alfa Romeo, mais devant la mine désappointée de madame Robinson finit par accepter de faire le trajet jusque chez elle…

rueducine.com-le-laureat-photo (3)

CRITIQUE

Mike Nichols jeune réalisateur talentueux adapte le roman de Charles Webb éponyme.

Il a pour scénaristes Calder Willingham et Buck Henry pour adapter le roman de Charles Webb.
Le visionnage de ce film de nos jours donnera à certains des sensations peu agréables de lenteur, de vieillot et de suranné. Mais ce que l’on peut surtout lui reprocher c’est qu’il se divise clairement en deux.
Un avant apparition du personnage d’Elaine Robinson (fille de madame Robinson), et un après apparition du personnage d’Elaine. Or à mon humble avis, ce qui nuit au film c’est la seconde partie qui fait rentrer le personnage dans un moule social très défini et s’avère moins passionnante si ce n’est plus ennuyeuse.

Car la première partie est formidable. Tout d’abord le portrait de ce jeune diplômé dont l’avenir est semble-t-il tout tracé par son père et les amis de son père.

rueducine.com-le-laureat-photo (2)

Sa peur de l’avenir qui pourrait ressembler au présent bourgeois de ses parents et un certain enfermement social et culturel. Mais aussi la relation entre le jeune puceau et la fameuse Mrs Robinson, mère de famille en quête de relations sexuelles et uniquement cela, est superbement bien écrite et nec plus ultra, magnifiquement interprétée par Anne Bancroft et Dustin Hoffman.

rueducine.com-BAFTAL’exploit des deux acteurs est d’autant plus méritoire qu’entre Anne Bancroft et Dustin Hoffman  il n’y a que 6 ans d’écart. De plus Dustin Hoffman 30 ans débute sa carrière cinématographique avec ce film, et livre une vraie performance d’interprétation. Anne Bancroft en femme qui jette son dévolu sur sa proie pour n’en faire qu’un objet sexuel est sensationnelle. Le film touche aux fantasmes masculins les plus inavouables pour un jeune homme: être déniaisé par une femme d’expérience et subir son emprise.

rueducine.com-le-laureat-photo
Mike Nichols qui signe son deuxième long métrage après le terrible « Qui a peur de Virginia Woolf ? » tourné l’année précédente, montre qu’il a une grammaire personnelle du cinéma et compte bien la faire partager.

Les historiens du cinéma annoncent ce film avec « Bonnie & Clyde » (1967) de Arthur Penn, comme le coup d’envoi du « Nouvel Hollywood » (1967-1980). Le « Nouvel Hollywood » s’achève avec le désastre de « La porte du Paradis » (« Heaven’s gate« ) de Michael Cimino.

Le réalisateur obtient le statut d’auteur pour ses films. Certains plans sont audacieux, le message anti-WASP tout autant.

rueducine.com-oscar1Le film reçoit l’Oscar du meilleur réalisateur (Mike Nichols) et le BAFTA (Oscar britannique) du meilleur film.

Le film est aussi célèbre pour les trois chansons de Paul Simon et Art Garfunkel qui émaillent le film: « Sound of Silence », « Scarborough fair » et « Mrs Robinson ».

 

rueducine.com-le-laureat-photo (5)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Ben dans la piscine monte sur un matelas gonflable, et se trouve dans un lit dans les bras de sa maîtresse. Montage audacieux et saisissant!

L’ANECDOTE

Rob Reiner tournera en 2005 une suite plutôt ratée de ce film « La rumeur court« . Avec Kevin Costner et Shirley MacLaine.

NOTE: 15/20

Video & Photo

1 videos 24 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *