Synopsis

Un 21 juin d’une des années 2000, Marie Laurence avocate et Piotr en recherche (peu active) d’emploi invitent des amis à un repas le soir. Ils inaugurent ainsi une cuisine flambant neuve. Peu des invités ont envie de se rendre à ce repas. Mais tous y vont. Il suffit juste de faire semblant que tout va bien et tout se passera au mieux…

CRITIQUE

Danièle Thompson a fait de la comédie chorale tirant vers la comédie dramatique, sa spécialité. Tout d’abord en tant que scénariste « Les marmottes » (1993) « Ceux qui m’aiment prendront le train » (1998). Puis en tant que scénariste et réalisatrice « La bûche » (1999), « Fauteuils d’orchestre » (2006) et donc trois ans plus tard « Le code a changé« .

Les films choraux c’est assez difficile; il faut bien l’avouer. Car il faut donner à chacun des rôles dans les limites des 90 à 100 minutes le temps de s’épanouir d’avoir une épaisseur psychologique. Il faut que les destins qui s’entrecroisent le fassent par les rouages d’une écriture fluide et des dialogues pertinents.
Souvent cela implique une unité de lieu. Et en sortir peut s’avérer périlleux.

Déjà quand les personnages sont en unité de lieux, la façon d’éclater les bribes de dialogues peut s’avérer agaçante. Mais cependant le film tient le coup.
Mais quand Danièle Thompson et son fils Christopher cherchent à aérer leur film et c’est quand même là que le bât blesse. Pour faire aller le film d’un 21 juin au 21 juin de l’année suivante, les deux scénaristes suivent leurs personnages au fil de l’année dans des scènes supposées les faire avancer. Mais cela devient une sorte de ventre mou où les rebondissements ne sont guère passionnants.
Certains sont carrément remisés au placard.

La fin est décevante comme bien des fois dans le cinéma de comédie française.

Nicola Piovani signe la musique. Elle surnage dans ce marasme.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Erwann et Henri dansant sur un bon vieux rock’n roll. Hélas on a bien du mal à croire à cette scène. Difficile de faire danser deux « vieux » sans frôler le ridicule. Chesnais et Arditi malgré leur talent n’évitent pas l’écueil.

L’ANECDOTE

Danièle Thompson est la fille de Gérard Oury avec qui elle a co-écrit « La grande vadrouille« , « Le cerveau« , « La folie des grandeurs« , « Les aventures de Rabbi Jacob« , « Le coup du parapluie » et « L’as des as » entre autres.

NOTE : 10/20

 

Video & Photo

1 videos 8 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *