rueducine.com-espion-leve-toi-1982
Donne une note à ce film
1 votes 4

SYNOPSIS

Zurich début des années 1980. Sébastien Grenier est chef d’entreprise français. Quand il quitte son travail sa secrétaire lui apprend qu’un certain Zimmer avec qui il avait rendez-vous ne s’est pas présenté. En allumant la télévision, Grenier apprend la mort de Zimmer dans un attentat terroriste par les Brigades d’action Populaires (BAP) une faction ultra gauche. Peu de temps après, sa femme Anna lui remet un livre reçu à la maison. Il s’agit d’un exemplaire du roman d’Alexandre Dumas « Vingt ans après » dans lequel a été inséré une page blanche contenant juste le nombre 138. Sébastien Grenier vient d’être réveillé en tant qu’espion. Il se rend à un rendez-vous et rencontre un certain Jean-Paul Chance qui travaille au conseil fédéral de Berne. Jean-Paul Chance lui dit que c’est lui qui vient de le sortir de son sommeil pour qu’il remonte la piste Zimmer et les BAP. Il lui fait aussi comprendre que sa femme en tant qu’enseignante universitaire a des relations dangereuses avec certains jeunes supposés extrémistes…

rueducine.com-espion-leve-toi-photo (3)

CRITIQUE

Même si Yves Boisset a du mérite à se lancer dans un genre très peu usité de manière sérieuse en France (qui a par contre beaucoup fait dans la parodie ou dans l’imitation bondienne avec les OSS 117), il ne parvient cependant pas à être aussi percutant que les productions anglaises ou américaines qui sont véritablement les plus intéressantes dans le genre de l’espionnage.
Il faut dire qu’avec des écrivains comme Graham Greene et John Le Carré, écrivains hors pairs de romans d’espionnage les anglo saxons jouent sur du velours.

La faute à un scénario, certes sophistiqué, mais pas suffisamment travaillé.
Adaptation d’un roman de George Markstein journaliste écrivain britannique, spécialiste des affaires criminelles et de l’espionnage. L’auteur est aussi le créateur du la série télévisée « Le prisonnier ».

Le film souffre d’un déficit de tension et l’on est aussi déçu par des dialogues de Michel Audiard qui n’ont pas le cynisme et le brillant habituel.

La réalisation est rigoureuse, ce qui est habituel chez Yves Boisset.
La bonne idée étant la voix off qui donne un aspect documentaire au film et donc le crédibilise.

rueducine.com-espion-leve-toi-photo (2)
La distribution des rôles est un atout majeur du film. Bien sûr Lino Ventura qui parle peu et laisse venir les événements. Sa prestation est imposante. Le bémol étant sa relation amoureuse avec une jeune professeure peu crédible.
Krystyna Janda est d’ailleurs le point faible de la distribution.
Michel Piccoli est inquiétant et ambigu. En cela il excelle toujours.
Bruno Cremer fait deux apparitions remarquables. Tout en droiture militaire et en jargon de l’espionnage. Lui aussi contribue énormément à la crédibilité du propos.
Enfin Bernard Fresson fait aussi une courte apparition de bon aloi.

Autre point fort du film : la musique de Ennio Morricone parmi ses plus célèbres en France.
Sa « Marche en La » déclinée à l’envi dessine aux espions un avenir fatal avec des couleurs qui vont du profondément dramatique au légèrement absurde, en passant par des teintes de grotesque et suranné. Tout cela en modifiant l’orchestration et les tempi. Du grand art!
Autre coup de maître le morceau « Mélodie pour Anna » qui sauve le couple Lino Ventura- Krystyna Janda du naufrage tellement la partition est puissante.

 

rueducine.com-espion-leve-toi-photo

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Quand Sébastien Grenier prend enfin les choses en main, y a pas à dire ça fume! Les petites frappes prennent des coups et les gros durs se font buter. Faut quand même que ça saigne!

L’ANECDOTE

Le film devait être tourné par Andrzej Zulawski. Mais les manières pour le moins baroque du réalisateur polonais ont hérissé Lino Ventura. Il demande donc à ce qu’on lui propose un autre réalisateur. Quand Lino demande… on fait en sorte que cela soit!
Au revoir Zulawski… bonjour Yves Boisset!

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Comments

  1. Didier 27 mai 2020

    Yves Boisset a fait appel à deux reprises à Ennio Morricone, à une dizaine d'années d'intervalle, pour "L'Attentat" (1972) puis pour "Espion lève-toi" (1982). Dans le DVD du livre "B.O.F. Musiques et compositeurs du cinéma français" de Vincent Perrot (Dreamland, 2002), il indiquait : "Je crois avoir avec Morricone une entente parfaite avec quelqu'un qui comprend admirablement le cinéma." Au Festival de musiques de films d'Auxerre en 2006, Yves Boisset soulignait que, dès les premières images de "Espion lève-toi", "Morricone a installé immédiatement un climat de tension. Sans cette musique de la "Marche en la", le générique présenterait simplement des vues banales de Zurich : les bâtiments, les rues, le tramway." En aparté, il confiait : "Après avoir vu le film, Ennio est retourné à Rome pour composer. Peu après, il m'a demandé de lui envoyer un enregistrement des bruits du funiculaire de Zurich. Il avait remarqué ce son particulier et voulait l'utiliser." On le retrouve en effet, évidemment adapté, dans les versions les plus percutantes (les plus courtes) de la "Marche en la". (extrait du livret du CD de la BO de "Espion lève-toi", édition Music Box Records, 2016)

  2. littlebigxav 27 mai 2020

    Merci Didier pour ces précisions éminemment pertinentes.