rueducine.com-la-valise-1973
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Années 1970 en Tripoli, Libye, un homme court dans la rue poursuivi par la foule et quelques hommes armés. Il finit par grimper le grillage de l’ambassade de France où il trouve refuge. L’homme est un agent Israélien. Il est grillé dans tout le Maghreb et doit être évacué. L’ambassadeur de France a fait venir une énorme malle dans laquelle le commandant Bloch devra voyagera par la valse diplomatique. Il sera accompagné du capitaine Augier nommé pour accomplir cette mission d’exfiltration. Les deux hommes se retrouvent à l’hôtel et causent métier. Puis le commandant Bloch explique qu’il se trouve dans cette situaton délicate à cause d’une femme…

rueducine.com-la-valise-photo (2)

CRITIQUE

A cette époque Francis Veber n’était pas encore un réalisateur.  Il est un scénariste sur une pente ascendante qui a écrit en 1971 « Il était une fois un flic... » de Georges Lautner, en 1972 « Le grand blond avec une chaussure noire » de Yves Robert et en 1973 « L’emmerdeur » de Edouard Molinaro. Trois très  bonnes comédies.

Avec « La valise » il se prend un peu le pied dans le tapis.
Georges Lautner et lui reprennent la même équipe que pour « Il était une fois un flic… » à laquelle s’invitent Jean-Pierre Marielle et Amidou.rueducine.com-la-valise-photo (5)
Mais ce n’est pas une franche réussite. Le film n’a pas beaucoup de punch et l’on sourit plus que l’on ne rit aux tribulations de ces hommes subjugués par une blonde peu farouche.

Le scénario comme la réalisation pantouflent. Heureusement les acteurs ont du talent. les seconds rôles (Jean Lefebvre et Michel Galabru) sont sacrifiés et bâclés. C’est dommage.

Et le dépaysement ne suffit pas à faire passer un bon moment. Au milieu du film une lassitude s’installe chez le spectateur qui attend la fin avec une certaine hâte.

Philippe Sarde compose une musique assez réussie. On en profite donc. Georges Lautner retravaillera souvent avec ce compositeur.

 

rueducine.com-la-valise-photo

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le capitaine Augier et le commandant Bloch affalés sur un canapé parlent métier, des horaires, des avantages en nature et des repas à la cantine… Savoureux moment entre Michel Constantin et Jean-Pierre Marielle.

L’ANECDOTE

Depuis 40 ans la situation internationale décrite dans le film n’a guère évoluée. En dépit des révolutions arabes, la situation est toujours aussi délicate et précaire entre Israël et ses voisins arabes. Peut-être l’occasion de faire un remake plus réussi du film.

NOTE : 10/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *