MORT A PONDU UN ŒUF (LA)

FILM DE : Giulio Questi
TITRE ORIGINAL : La morte ha fatto l’uovo
PAYS : ITALIE
GENRE : Thriller, Politique
AVEC : Jean-Louis Trintignant, Gina Lollobrigida, Ewa Aulin, Jean Sobieski…
SCÉNARIO : Franco Arcalli, Giulio Questi
MUSIQUE : Bruno Maderna

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS

Dans une chambre d’hôtel un homme assassine une femme de plusieurs coups de couteau. Un témoin à travers la fenêtre observe les faits mais n’intervient pas. L’assassin quitte l’hôtel et rentre chez lui. Il est le mari d’Anna une femme riche qui possède une fabrique de poules pondeuses. Marco est en somme son employé. Avec eux vit une jeune cousine d’Anna, Gabri. Marco et Gabri ont une liaison…

CRITIQUE

Après avoir confondu film de guerre et western avec son « Tire encore si tu peux » (« Se sei vivo spara!« ) (1967), Giulio Questi (1924-2014) enchaîne avec son deuxième long métrage et se tourne vers un mix de film politique et de giallo.
En ratant et le film politique et le giallo.

La dénonciation de la société de consommation à travers une fabrique ultra moderne de poules pondeuses laisse le spectateur assez dubitatif. Car le message est assez creux. Peu fouillé. A la portée du premier adolescent venu qui se contente de critiquer les solutions sans se préoccuper du postulat majeur: Comment nourrir une population de plus en plus nombreuse et ayant de plus en plus accès à la société de consommation…

Quant aux scènes « giallesques » elles ne proposent pas la moindre angoisse. D’autant que Giulio Questi ne reprend de ce sous genre typiquement italien que l’aspect du meurtre à l’arme blanche et des images léchées. Tous les autres codes sont jetés aux orties.

Giulio Questi a du se dire que pour faire avaler la pilule d’un film ayant si peu de fond, il fallait donc mettre les moyens sur la forme.
Festival donc de plans tape-à-l’œil, d’images inspirées d’architecture et d’expérimentations en laboratoires ainsi que de montages abscons, illustrés d’une musique grinçante et assez repoussante.
C’est d’un ennui abyssal.

Jean-Louis Trintignant qui a beaucoup tourné en Italie dans ces années prolifiques du cinéma transalpin, fait le job. Gina Lollobrigida n’est pas en reste.
La suédoise Ewa Aulin au bout de quatre films, a déjà fait le quart de sa carrière au cinéma, essentiellement en Italie, et qui s’arrêtera en 1973. C’est la faiblesse de la distribution.

Faut-il s’étonner que Giulio Questi n’ait fait que 3 longs métrages?
Non!

Lire plus de critiques sur SensCritique

NOTE : 07/20

L’ANECDOTE

1968 est l’année italienne pour Jean-Louis Trintignant. Il enchaîne trois films transalpins. « La mort a pondu un œuf« , « Le grand Silence » (« Il grande Silenzio« ), de Sergio Corbucci et « L’amour à cheval » (« La matriarca« ) de Pasquale Festa Campanile.

FILMS DE Giulio Questi DÉJÀ COMMENTÉS :