Synopsis

Rouen, années Giscard (1974-1980), lors d’une campagne électorale, une bagarre entre colleurs d’affiche fait intervenir un policier qui rentrait chez lui. Il est assassiné d’un coup de revolver et un colleur d’affiche décède aussi sous les coups de matraques. L’inspecteur Verjeat et son second l’inspecteur Lefèvre savent qu’il s’agit d’un repris de justice nommé Portor qui a été embauché par le maire de la ville dans son service d’ordre. Pierre Lardatte riche industriel, et maire de Rouen, réfute toute responsabilité vis-à-vis de Portor. L’enquête piétine. Le père du jeune colleur d’affiche décédé investit la mairie avec ses fils armés de fusils. Verjeat négocie avec le père désespéré, un discours dans le haut parleur anti Lardatte contre une reddition…

 

CRITIQUE

Film tiré d’un roman de Raf Vallet d’après un fait divers qui a eu lieu en 1971 à Puteaux.

Ce film est le reflet des années dites « Giscard » durant lesquelles de petits caciques locaux biaisaient les élections et faisaient régner leur loi grâce à l’intervention de la pègre locale et trempaient allègrement dans des magouilles immobilières.
Le film s’inscrit dans la dénonciation de ces pratiques.

Francis Veber a scénarisé le film.
La critique reste subtile.

Le film s’inscrit au panthéon du film policier français grâce surtout à sa distribution des rôles.


Lino Ventura en vieux flic idéaliste qui fonctionne avec le code de l’honneur allié à Patrick Dewaere jeune chien fou qui ne croit à rien.
Julien Guiomar en chef de la police coincé entre ses hommes qui veulent faire le boulot quitte à faire sauter le maire de la ville de son siège, et sa hiérarchie préfectorale et ministérielle qui voit mal un homme de la majorité anéanti par des affaires de meurtres et qui cherchent l’étouffement du dossier.
Enfin Victor Lanoux en politicien véreux qui cherche à afficher son armure de chevalier blanc, alors que les casseroles de plus en plus lourdes s’accrochent à lui est tout simplement grandiose. L’acteur n’a jamais été aussi bon que dans ces films où il interprète des ordures de bas étages.

La réalisation de Pierre Granier-Deferre pas très inventive reste efficace et donne la part belle aux acteurs. Lino Ventura et Patrick Dewaere en tête dans un formidable buddy movie à la française.

Philippe Sarde illustre le film par une musique influencée par le jazz.

Ce film est recensé dans la page : LE FILM POLICIER ET LE THRILLER FRANÇAIS DE 1945 à 2015.

 

 

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Toute dernière scène: L’inspecteur Verjeat répond à Lardatte menacé par Portor d’un revolver qui l’appelle au secours, empoigne le mégaphone et répond « Verjeat il est à Montpellier, Verjeat!« . Fin formidable, mieux qu’une arrestation.

L’ANECDOTE

Patrick Dewaere a beaucoup hésité avant d’accepter ce rôle de flic et de se confronter à l’icône du polar français Lino Ventura

NOTE : 15/20

Video & Photo

15 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *