Synopsis

Rome années 1970 Oreste sort d’une voiture de police sur les lieux du crime qu’il a commis quelques temps auparavant. Une reconstitution a lieu. Oreste se souvient des évènements qui l’ont conduit à l’assassinat de celle qu’il aimait. Au sortir d’une fête du parti communiste dans un quartier de Rome alors qu’il s’endormait à même le sol Oreste est réveillé par Adelaïde. C’est le coup de foudre entre cet ouvrier du bâtiment et la marchande de fleurs. Ils coulent des amours heureux dans un paysage de désolation sociale. La plage prés de Rome où ils vont en amoureux est couverte d’immondices, les lieux où ils se retrouvent sont sales, et Oreste lui-même n’a pas une hygiène irréprochable. Un jour dans une pizzeria ils rencontrent Nello, pizzaiolo révolté qui fait des pizzas en forme de cœur. Oreste et Adelaïde deviennent amis avec Nello…

CRITIQUE

Ettore Scola en virtuose de la comédie italienne livre, accompagné par les duettistes de l’humour corrosif Age & Scarpelli, un de ses meilleurs opus.

Histoire magnifique mêlant la comédie et le tragique (voir le désespérant).
Rome est photographiée comme étant une ville couverte d’immondices ce qui au début des années 1970 devait refléter une certaine réalité mais de nos jours n’est plus vraie.

Déjà Ettore Scola s’interroge sur l’avenir du mouvement communiste qui semble être entré dans une impasse. Film à la fois constat d’une réalité politique et d’une réalité sociale de l’Italie des années 1970 dominé par la Démocratie Chrétienne (DC). Les ouvriers n’y ont qu’une vie faite de précarité.

Marcello Mastroianni est magnifique ainsi que Monica Vitti en femme qui aime les deux hommes et en choisit toujours un par défaut.

On rit beaucoup mais parfois le rire s’étrangle au fond de notre gorge.

Ce n’est pas le film le plus célèbre du réalisateur. En Italie le film a plutôt été rejeté, c’est pourtant un pur joyau de la comédie à l’italienne.

Très belle musique de Armando Trovajoli, musicien attitré du réalisateur.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Scène du restaurant ou Oreste hurle dans la salle que son ami Nello qui officie derrière le comptoir l’a fait cocu. Marcello Mastroianni beau et pathétique.

L’ANECDOTE

Au 23ème Festival international de Cannes, Marcello Mastroianni reçoit le prix d’interprétation pour ce rôle inoubliable.

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 2 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *