Synopsis

Fin des années 1950, les ouvriers italiens sans emploi émigrent vers les mines de charbon du nord de l’Europe. C’est le cas de Vincenzo qui arrive au Pays bas. Il est embauché dans une mine près d’Amsterdam. Mais les conditions de travail sont épouvantables et Vincenzo se trouve enseveli sous la roche suite à un éboulement de la mine. Par chance il en réchappe. Il décide rentrer en Italie ce métier n’étant pas fait pour lui. Avec Federico qui a cinq ans de mine et qui l’a sorti de l’enfer, ils décident de s’offrir un weekend à Amsterdam, avant de reprendre le train pour l’Italie. Dans la ville il y a de quoi passer du bon temps dans les boites de nuit et surtout il y a des filles dans les vitrines…

CRITIQUE

Le film de Luciano Emmer montre dans une première partie déconseillée au claustrophobe, la réalité du travail à la mine, le peu de lumière, l’étroitesse des boyaux d’où est extrait le charbon à près de 1000m de profondeur, la chaleur, la poussière de roche, la dangerosité du métier qui frôle en permanence l’accident ou la catastrophe.
Puis le film s’aère à Amsterdam, où les ouvriers et mineurs italiens viennent dépenser une partie de leur salaire en menus plaisirs dans les boites de nuit où l’on danse, le cha cha et le mambo, avec des prostituées qui exhibent leurs plus beaux atours dans des vitrines alléchantes.

Le film montre des hommes envahis par le désir de la chair, et des femmes qui demandent de la tendresse pour sortir de la routine du plus vieux métier du monde.
Des hommes échauffés et des femmes froides.

Choc des cultures où l’on se parle par geste et onomatopées pour se faire comprendre.

Lino Ventura nous étonne dans ce rôle très sexué (très rare chez lui).
Ce film italien est composé pour les quatre premiers rôles d’une distribution française Bernard Fresson et Lino Ventura font les italiens et Magali Noël et Marina Vlady des hollandaises.

Très joli film d’un cinéaste qui après celui-ci se tourna vers la télévision pour ne revenir au cinéma que dans les années 1990.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Else la prostituée, a quitté le domicile, pour aller sur les dunes qui dominent la plage afin de profiter du soleil et se changer les idées. Vincenzo la rejoint amoureux de cette blonde quasi irréelle. Superbe scène d’un noir et blanc signé Otello Martelli magnifique.

L’ANECDOTE

Le poète, écrivain et réalisateur Pier Paolo Pasolini a participé à l’écriture du scénario de ce film écrits par cinq co-scénaristes Emanuele Cassuto, Luciano Martino, Vincenzo Marinucci, Rodolfo Sonego et aussi le réalisateur.

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 31 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *