Synopsis

A la frontière mexicaine côté Etats-Unis une voiture avec à l’intérieur de hommes déguisés en clown sont poursuivis par plusieurs véhicules de la police américaine. L’un des deux se fait descendre. Le conducteur, dans une manœuvre désespérée fait franchir à sa voiture la frontière en pulvérisant le mur frontalier. Mais de l’autre côté la police mexicaine qui suivait le mouvement tombe rapidement sur le gringo déguisé en clown. Le flic mexicain allait laisser la police récupérer l’homme et le contenu de la voiture. Mais se rendant compte qu’il tient là un moyen de s’enrichir, le flic mexicain embarque le gringo et le contenu du coffre de la voiture. Le gringo est placé dans une prison-ville tenue par la mafia mexicaine…

rueducine.com-kill-the-gringo-photo (4)

CRITIQUE

Si le début est assez prometteur avec la bonne poursuite de voitures qui ouvre le film, puis l’entrée et la découverte de cette prison-cité assez originale et inquiétante, une fois le personnage du gringo installé le film glisse vers le thriller d’un homme seul contre la mafia. Ce que Mel Gibson avait déjà fait (en mieux) dans « Payback » (1999) de Brian Helgeland.

Là où le film de Helgeland est assez jubilatoire, celui de Adrian Grunberg est simplement violent. Très peu d’humour emmené par la voix off du gringo, et beaucoup de morts.

Des invraisemblances monumentales comme l’opération chirurgicale finale gâchent le plaisir.

Quelques bonnes idées comme l’arrivée du héros sous le soleil Texan dans un immeuble avec un parapluie.

rueducine.com-kill-the-gringo-photo
La réalisation ne pleure pas sur les filtres jaunes et verts pour accentuer l’ambiance mexicaine. Cela devient un peu bateau comme effet.

La réalisation reste efficace cependant, bien que parfois elle nous perde dans les méandres de cette vaste ville-prison.

Adrian Grunberg a fait ses classes en tant qu’assistant réalisateur sur « Traffic » (2000) de Steven Soderbergh, « Man of fire » (2004) de Tony Scott, « Apocalypto » (2006) de Mel Gibson et « Hors de contrôle » (« Edge of darkness« ) (2010) de Martin Campbell avec Mel Gibson.
Adrian Grunberg a bien appris de ses aînés notamment Soderbergh  pour les filtres et Tony Scott pour la violence.

Un mot sur Mel Gibson qui il faut le dire excelle dans ce type de rôle, d’homme seul contre tous. Il est impeccable. De plus il se fend d’une imitation de Clint Eastwood assez marrante.

Si la musique d’Antonio Pinto est assez discrète, les nombreuses chansons contemporaines et d’inspirations mexicaines sont idéalement choisies pour accompagner le film.

 

rueducine.com-kill-the-gringo-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène d’ouverture le long de la frontière américano-mexicaine. Bonne poursuite de voitures dans la poussière texane.

rueducine.com-kill-the-gringo-photo (3)

L’ANECDOTE

Le film n’a pas bénéficié d’une sortie en salles normale. Le film est sorti dans 22 pays en salles mais pour les Etats-Unis et en France le film a été exploité en VOD (video on demand). D’où ses deux titres en langue anglaise. Un pour les sorties en salles l’autre pour la VOD.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *