Synopsis

Hollywood années 1920, l’acteur célèbre Tom Mix qui est l’icône du western de ces années, est contacté par son producteur, Alfie Alperin, qui l’oblige à tourner un film sur la légende de l’ouest Wyatt Earp. Ce dernier étant encore vivant, il sera conseiller technique de l’acteur. Tom Mix ne peut refuser l’offre. C’est lui qui va accueillir Wyatt Earp à la gare à cheval! Tom Mix, mène Wyatt Earp au studio. Là, une secrétaire de Alperin lui dit que le chef de la sécurité du studio veut le rencontrer. Tom Mix le met en garde contre ce Dibner qui est un homme dangereux travaillant pour un homme tout aussi dangereux: Alfie Alperin. Le face à face se déroule mal, le chef de la sécurité lui annonçant que Madame Alperin veut lui parler. Mais il aimerait savoir quels liens unissent Earp à Mme Alperin. Earp lui fait comprendre que sa curiosité l’importune. Earp se rend donc chez Madame Alperin qu’il a connue il y a quelques années à Denver…

CRITIQUE

Film atypique qui mélange, la comédie, le polar, le western et la biographie.

Mais Blake Edwards aime surprendre son monde. Ainsi il réunit une véritable légende de la conquête de l’ouest Wyatt Earp célèbre avec son ami Doc Holiday, depuis son règlement de compte à OK Corral et Tom Mix acteur producteur réalisateur au plus de trois cent films quasiment tous dédiés au western, et idole du public des années 1910-1930.

Le scénario de Rod Amateau et Blake Edwards multiplie les personnages et le rythme est vif. Mais l’histoire est un peu brouillonne. Et donc à un moment donné on s’y perd.

Les décors sont nombreux et la reconstitution du Hollywood des années 1920 est minutieuse.
La pègre, la police corrompue et les filles légères font partie du tableau. De ce côté là pas de déception.

Bruce Willis incarne un Tom Mix plus vrai que nature dans ses costumes fleuris.
James Garner en vieux briscard du colt à qui on ne la fait pas est irrésistible.
Malcom MacDowell joue un méchant très convaincant.

Belle musique inspirée de Henry Mancini qui a tant donné au cinéma de Blake Edwards.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Premier contact entre Dibner et  Earp. Ambiance, ambiance!

L’ANECDOTE

Le film reçut un accueil mitigé de la presse spécialisée. Même chose de la part du public.

NOTE : 14/20

Video & Photo

1 videos 2 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *