Synopsis

Paris le soir du réveillon de Noël, Felix déguisé en père Noël distribue des tracts pour des boites de strip-tease devant les grands magasins parisiens. Bien entendu il se fait virer par le service de sécurité, et fauche en fuyant sur les étals. Au même moment Thérèse et madame Musquin attendent Pierre qui est en retard à la permanence de SOS détresse amitié…

rueducine.com-le-pere-noel-est-une-ordure-photo (6)

CRITIQUE

Avec ce film c’est un nouveau genre de comédie qui déboule dans le paysage cinématographique français fortement inspiré de la comédie à l’italienne. On pense aux films « Les monstres » (« I mostri« ) (1963) de Dino Risi ou encore « Affreux, sales et méchants » (« Brutti, sporchi e cattivi« ) (1976) de Ettore Scola. Dans ce père Noël est une ordure les travers des français sont mis en lumière de façon assez frontale mais humoristique.

C’est une adaptation de la pièce de théâtre éponyme écrite par ce que l’on appelle la troupe du Splendid. La pièce dont l’affiche signée Reiser a été un temps interdite par la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) et la mairie de Paris, a connu un engouement public obligeant la troupe a déménager dans une salle plus grande.

Jean-Marie Poiré a fait part de son désir de porter la pièce sur grand écran.

rueducine.com-le-pere-noel-est-une-ordure-photo (7)
Mais avec Jean-Marie Poiré la comédie tourne à l’hystérie quasi permanente. C’est avec le temps (et les films du réalisateur s’accumulant) que le spectateur pourra se rendre compte que c’est un procédé que le metteur en scène utilise constamment : les dialogues hurlés, additionnés d’un montage saccadé (bien souvent assez maladroit et qui empêche les scènes d’aller jusqu’à leur terme).

Les auteurs et acteurs s’en donnent, eux, à cœur-joie dans ce déballage de répliques dont beaucoup resteront dans les mémoires. Le duo Anémone-Thierry Lhermitte qui illustre une petite bourgeoisie catholique est quand même très drolatique (On exceptera la scène de la baignoire complètement ratée). De même Marie-Anne Chazel a trouvé le rôle de sa vie en cette « zézette épouse X ». Elle crève l’écran.

Outre la direction d’acteurs et le montage le point faible du film vient aussi du rôle tenu par Gérard Jugnot. Le trait est un peu trop grossier et sombre dans la caricature.

La musique de Vladimir Cosma est inexistante dans le film on ne l’entend que durant les génériques.

rueducine.com-le-pere-noel-est-une-ordure-photo

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La dégustation des doubitchous de Sofia gentiment offerts par monsieur Preskovitch à Thérèse et Pierre. Un sommet comique du film.

L’ANECDOTE

Jean-Marie Poiré reprochait à la fin de la pièce de théâtre son côté grand-guignol… la fin de son film est tellement fade que l’on peut se demander s’il n’aurait pas mieux fait de la conserver. Mauvais choix artistique!

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *