Synopsis

France dans les années 1960, dans la demeure de Benjamin Ballon, un millionnaire, un meurtre a été commis. L’inspecteur Clouseau (de la sûreté) est nommé sur l’enquête. Très vite il tombe amoureux de Maria Gambrelli la principale accusée. Et contre tous les avis ne l’inculpe pas. Mais les cadavres pleuvent et c’est toujours Maria que l’on retrouve avec l’arme du crime à la main. Le commissaire Dreyfuss qui ne supporte pas Clouseau profite d’une de ses gaffes pour le dessaisir et incarcérer Maria Gambrelli. Mais Dreyfus est contraint de rendre l’enquête à Clouseau et se console en pensant que cet inspecteur « catastrophe » fera bien une bévue qui le contraindra à la démission…

CRITIQUE

Blake Edwards après le succès de « La panthère rose » (The pink panther) (1963) l’année précédente, adapte « L’idiot » de Marcel Achard qu’il mêle avec une pièce de Harry Kurnitz intitulée « A shot in the dark » et rappelle Peter Sellers pour reprendre le rôle de L’inspecteur Jacques Clouseau (de sûreté).

Peter Sellers est au faîte de sa gloire. Il vient de tourner avec Stanley Kubrick le pamphlet « Docteur Folamour ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe » (« Dr. Strangelove or: how i learned to stop worrying and love the bomb » ) (1964) de Stanley Kubrick. C

Le film grâce au timing de Blake Edwards et à l’immense talent comique de Peter Sellers, et des non moins grandioses interprétations de Herbert Lom en commissaire qui devient fou et de Graham Stark dans le rôle de Hercule Lajoy subalterne et souffre douleur stoïque de L’inspecteur Clouseau élèvent la comédie au rang de chef d’œuvre.

Même si le scénario a des faiblesses voire des longueurs, on ne s’ennuie pas aux facéties de l’inspecteur Clouseau (de sûreté).

Musique superbe de Henry Mancini.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

C’est tout simplement la scène d’ouverture (pré-générique). Magnifique plan séquence où dans la maison cossue du millionnaire Ballon, a lieu un ballet nocturne des propriétaires et des domestiques, où chacun trompe sa chacune. Le tout sur la sublime chanson de « Shadows in Paris »  interprétée par Fran Jeffries.

L’ANECDOTE

Claudia Cardinale et Romy Schneider indisponibles, c’est Elke Sommer qui bénéficie du rôle de Maria Gambrelli. Rôle que l’on retrouvera 20 ans plus tard dans le très mauvais : « Le fils de la Panthère rose » interprété par Claudia Cardinale.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *