Synopsis

France que tout le monde appelle Franssou vient de faire un héritage de 50000 euros. C’est une somme conséquente mais aussi insuffisante pour faire un placement immobilier ou financier qui rapporte. Elle vit avec Marc tout en faisant appartement à part. Marc a des habitudes de vieux garçon, c’est un pingre et un pessimiste qui ne voit pas le rapport des choses, « Je ne vois pas le rapport » scande-t-il régulièrement. Sur un coup de tête alors que Marc et Franssou s’apprêtaient à choisir un matelas, elle part en lui disant qu’elle n’en a pas pour longtemps. Alors que Marc se demande où elle à bien pu partir, Franssou est dans une chambre du Carlton à Cannes. Quand un homme suivi d’un employé de l’hôtel font irruption dans la chambre pour vérifier l’insonorisation des chambres. Car monsieur Stéphane travaille pour le chanteur Elton John qui doit bientôt prendre une suite dans le palace…

rueducine.com-quatre-etoiles-photo (3)

CRITIQUE

Enfin une comédie française réussie de bout en bout.
Sur un scénario limpide, nerveux et des dialogues acérés, Christian Vincent ajoute une distribution éblouissante qui fait penser aux screwballs américains des années 1930-1940.

Honneur aux demoiselles: Isabelle Carré est incroyablement sexy et porte la trentaine d’une bien belle façon. Et l’on sent que Christian Vincent qui l’a déjà faite tourner alors qu’elle avait 21 ans dans « Beau fixe » (1992)  n’est pas insensible à sa beauté.
José Garcia est fantastique en escroc qui va toujours de l’avant dans ses combines malgré les dettes à payer, quitte à en contracter d’autres bien plus onéreuses. Son charisme son bagout et son sens de l’improvisation sont utilisés avec intelligence par le metteur en scène qui a su lui donner une assez grande liberté tout en le maintenant dans son personnage et dans le cadre du film.

rueducine.com-quatre-etoiles-photo (5)
François Cluzet quant à lui fait un ex-pilote de formule 1, qui ne voit guère plus loin que la visière de sa casquette vissée sur sa tête et qui face à Franssou perd tous ses moyens. Il est extraordinaire et son interprétation mémorable prouve qu’il fait partie des plus grands acteurs de sa génération. Son personnage se nomme René et parle un peu du nez comme un certain René Arnoux, pilote de formule 1 dans les années 1980. Il semble la coïncidence soit  un peu plus que cela.
Les seconds rôles Michel Vuillermoz, Luis Rego, Guilaine Londez sont eux aussi dans le tempo et sur la bonne longueur d’onde du film.
Christian Vincent filme ses personnages au plus près, et soigne sa mise en scène très classieuse.

La musique d’André Manoukian est allegro et plutôt de bon aloi.

rueducine.com-quatre-etoiles-photo (4)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

René visite une demeure. Il exige un grand garage car il 8 voitures de collection à y mettre. On le voit mesurer le garage et s’imaginer en train de piloter les voitures pour les caser dans le garage. Seulement voilà il n’en rentre que 7! « Vendez en une! » lui réplique Stéphane qui veut à tout prix lui fourguer la baraque. Oui mais laquelle. « Et pourquoi la Lotus plutôt que la Dino…? »

L’ANECDOTE

Christian Vincent ne se cache pas d’avoir voulu rendre un hommage à la comédie américaine des années 1930-1950 : « Je pense pas que c’était mieux avant, cependant, je regrette la place que ces auteurs occupaient. Ces gens (Lubitsch, Cukor…NDLR) étaient brillants, très cultivés. Leurs films étaient drôles, intelligents, et malgré tout cela, les studios de l’époque n’hésitaient pas à leur confier des comédies ! »

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *