Synopsis

Quelque part dans l’Arkansas dans les années 1990, Thelma Dickinson est constamment bafouée et rabaissée par un mari macho. Un jour Louise Elizabeth Sawyer, son amie serveuse dans un restaurant lui propose de partir le weekend entre copines. Un weekend d’insouciance à la montagne. Elles partent dans la superbe Ford Thunderbird décapotable de Louise. Lors d’une halte un peu trop arrosée par Thelma, un instant de drague tourne au drame. Sur le parking Thelma est sur le point de se faire violer lorsque Louise intervient une arme à la main et tue le violeur. Les deux femmes s’engagent alors dans une cavale vers le Mexique…

CRITIQUE

Film écrit par Callie Khourie qui était partie pour le tourner.

Mais le budget trop serré (1 million de dollars) et le message peu amène du scénario font traîner des pieds les studios. Michelle Pfeiffer et Jodie Foster pressenties, voyant le film remis au calendes grecques se retirent.
Ridley Scott met la main sur le scénario en tant que producteur et une nouvelle productrice allonge 16 millions pour le tournage.
Ridley Scott n’ayant pas trouvé de réalisateur, rueducine.com-oscar1il se résout à tourner ce buddy movie inédit. Callie Khourie a un droit de regard sur le tournage et sur certaines scènes qu’elle juge « domaine réservé » (le viol et la fin). Elle sera justement récompensée par un Oscar.

Et cela donne un film féministe très controversé notamment sur la violence armée exercée par les femmes. Il n’empêche que ce film fait souffler un grand vent de liberté, et offre aux spectateurs de personnages féminins très attachants qui entreront dans la conscience collective comme modèles d’émancipation.

Les deux actrices principales sont le clou du spectacle. Chacune interprète son personnage avec brio et donnent à leur personnage une aura incroyable. Susan Sarandon et Geena Davis qui à l’époque n’étaient pas vraiment dans les petits papiers de Hollywood, éclatent à l’écran et voient leur carrière prendre un sacré coup de booster.

La réalisation de Ridley Scott fait appel à plusieurs genre : la comédie (au début du film), le road movie, le western (notamment dans la séquence avec le camion citerne), le film policier (le flic joliment interprété par Harvey Keitel, se révèle humain et compréhensif quant aux motivations des deux femmes devenues outlaws) et le drame (dans la succession des scènes qui mènent en bout de course sur une route qui surplombe le Grand Canyon).

Tout ceci est habilement filmé, parfois avec quelque maniérisme (Ah les filtres!), mais le film est tellement fort que le fond l’emporte sur la forme.

Il est à déplorer que la musique de Hans Zimmer qui mélange synthétiseur et guitare électrique de Pete Haycock soit gâchée par des chœurs peu amènes.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE 

Bien entendu la toute fin qui va à l’encontre des canons hollywoodiens tirant un trait sur le happy end si nécessaire (d’après les studios) à la bonne tenue des ventes de billets. Fin spectaculaire et qui a marqué par son caractère féministe et libertaire.

L’ANECDOTE

Le tournage a nécessité la présence de 5 Thunderbirds 1966 de couleur verte. Un véhicule principal, un véhicule de réserve , un véhicule pour les travellings, et deux véhicules pour les cascades. Trouver ces voitures a été un rude travail pour la production, certains véhicules ont nécessité des heures de bricolages pour être raccord avec les autres.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *