Synopsis

Texas à la frontière du Mexique, un jeune garde frontière fraîchement débarqué fait du zèle dans la chasse aux clandestins mexicains. Un jour qu’il est seul en patrouille il entend des coups de feu, et croyant que c’est à lui que le tireur en veut, il riposte. C’est ainsi qu’il tue Melquiades Estrada gardien de chèvres. Pete Perkins qui avait pris en amitié Melquiades s’évertue à mener l’enquête sur la mort du mexicain. Très vite il sait que c’est l’arme d’un garde frontière qui a tué son ami…

CRITIQUE

Voici un film qui débute de façon bien alambiquée.

De nombreux flash-backs déconcertants et qui s’avèrent un peu vains émaillent le premiers tiers du film. Idée étrange puisque les deux tiers suivants du film sont linéaires.

Passé donc ce premier tiers du film et la confrontation entre le vieux cowboy et le jeune garde frontière installée, le récit devient passionnant.

Tommy Lee Jones qui en est à sa première réalisation pour le cinéma (il avait réalisé un téléfilm en 1995) fait montre d’une grande maîtrise dans le genre western auquel il rend hommage.

C’est aussi un film qui touche plusieurs sujets comme la vie des sans papiers aux États-Unis, les logements précaires même pour des fonctionnaires, les morts qui ne méritent pas la moindre enquête de la part des autorités et enfin le retour aux sources loin de la civilisation où la nature apprend à l’homme comment se comporter.

Dommage que le début du film soit ainsi mutilé par le désir d’originalité du scénariste Guillermo Arriaga qui nous avait déjà fait le même coup avec « 21 grammes« . Comme s’il n’avait pas confiance en la force de son écriture et croyant qu’en multipliant les flash-backs il captiverait les spectateurs.
Grave erreur.

Le casting est formidable et Barry Pepper en jeune brutal et inconscient éclate. Il nous émeut aux larmes à la toute fin du film s’étant humanisé après les épreuves que lui a fait subir son geôlier.

Belle musique de Marco Beltrami ainsi que la bande-son country.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le cadavre de Melquiades est attaqué par des fourmis, son corps se décompose, l’odeur est insoutenable mais Pete Perkins, enlève une par une les fourmis du visage du mort puis l’arrose d’alcool et lui brûle très partiellement la tête. Scène assez saisissante d’un dévouement envers un ami. Même mort.

L’ANECDOTE

Tommy Lee Jones a demandé à Guillermo Arriaga de lui concocter un scénar se déroulant entre les deux côté de la frontière délimitée par le Rio Grande entre l’ouest du Texas et le Chihuahua.

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 16 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *