Synopsis

Un ancien pilleur de tombes américain reconverti dans l’archéologie, est contactée par la fille d’un célèbre archéologue récemment décédé. Il était sur la trace de la tombe du pharaon Rahotep. Ce jour, des objets appartenant au pharaon commencent à apparaître chez des marchands d’objets d’art et antiquaires…

CRITIQUE

Si Robert Pirosh et son scénariste Karl Tunberg ne contribuent guère avec ce film à l’art cinématographique, ils excellent dans celui de la carte postale et du clicheton égyptien.

Tous les sites archéologiques (ou presque) défilent sous nos yeux sans qu’il y ait la moindre cohérence du passage de l’un à l’autre. Ce film s’adresse donc aux personnes incapables de situer les pyramides de Gizéh, la nécropole de Sakkara, le temple d’Abou Simbel, la Vallée des Rois ou la ville engloutie de Philae.

L’histoire qui narre la recherche du tombeau de Rahotep qui permettrait de faire le lien avec Joseph (fils de Jacob), et rattacher ainsi la Bible à l’histoire de l’Egypte ancienne est nettement sacrifiée au profit de la projection paysagère.

Robert Taylor fait ce qu’il peut.
Eleanor Parker est transparente.
Et le méchant du film Carlos Thompson est fantomatique.

Même la musique de Miklós Rózsa est oubliable.
Nous oublierons donc!

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Un marchand d’articles d’antiquité, fuit ses anciens complices après avoir parlé. La valise à la main il erre dans le temple de Sakkara. Scène un peu absurde mais plutôt bien réalisée.

L’ANECDOTE

Pour la première fois avec ce film, un film américain eut une première simultanée en Egypte (Le Caire et Alexandrie) et aux Etats-Unis.

NOTE : 09/20

Video & Photo

1 videos 1 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *