Synopsis

Baltimore années 1980, Terry jeune cadre invite Sylvia Wentworth la femme de son patron chez lui, ils font l’amour. Pendant que Terry part à la salle de bain Sylvia entend des cris de femme dans la rue. Elle s’approche de la fenêtre et voit un homme entrain de violenter une femme. Elle ouvre la fenêtre ce qui empêche l’homme de continuer. Il prend la fuite. Sylvia raconte ce qu’elle a vu à Terry lorsqu’il ressort de la salle d’eau. Le lendemain Terry voit un article de journal dans lequel il est indiqué qu’à quelques rues de chez lui une femme a été retrouvée morte. Il en parle à Sylvia et décide de se porter témoin à sa place, de l’agression au bas de son appartement, afin de la protéger elle et leur liaison…

CRITIQUE

Film policier prometteur.

Curtis Hanson réussit à reprendre les droits sur un livre signé Anne Holden que la Paramount tenait sous le coude depuis une quinzaine d’années. Il se fait produire par Dino De Laurentiis
Il y ajoute un personnage féminin supplémentaire (la jeune serveuse).

Si la fin du film n’est guère originale. Les deux premiers tiers du film contiennent leur lot de bonne surprise.
Tout d’abord un héros qui a plus de faiblesses que les deux femmes de têtes qu’il fréquente.
Ensuite un traitement hitchcockien de l’intrigue qui fait référence à « Fenêtre sur cour » pour la séquence de l’agression vue depuis la fenêtre de l’appartement de Terry mais aussi « La mort aux trousses » et « L’homme qui en savait trop » pour la séquence à l’opéra de Baltimore.

 

Steve Guttenberg est l’acteur parfait pour interpréter cet homme facilement manipulable par les femmes et qui se retrouve recherché par la police de la ville. Il a le physique de ses faiblesses, comme on Campbell Scott dans « La prisonnière espagnole » (« The Spanish prisonner« ) tourné 10 ans plus tard par David Mamet.
Isabelle Huppert apporte une certaine sophistication que ne peuvent apporter les actrices américaines. Son personnage est à la limite de la femme fatale. Et fait frôler le film dans le genre néo-noir.

Curtis Hanson n’exploite pas tout ce que la ville de Baltimore est en mesure de lui offrir. Le tournage s’effectuant sur un quartier de la ville.

La musique de Michael Shrieve et Patrick Gleeson ne rend pas hommage à celle de Bernard Herrmann (musicien d’Alfred Hitchcock). On peut le regretter car leur musique est somme toute assez banale.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène de crime dans l’opéra. Steve Guttenberg se retrouve avec un cadavre dans les bras et donc suspect numéro un activement recherché.

L’ANECDOTE

Le film accueilli plutôt froidement par la critique lors de sa sortie a depuis repris du poil de la bête et est considéré comme un bon thriller.

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *