Synopsis

Etats-Unis dans un endroit isolé, une maison est assiégée par des tueurs qui massacrent tous les gardes du corps d’un mafieux repenti, ainsi que le repenti. C’est Luigi Petrovita chef de la mafia de Chicago le commanditaire du meurtre. Pendant ce temps Mark Kaminsky shérif dans un patelin arrête le petit délinquant et s’ennuie. Son couple bat de l’aile et sa femme lui reproche le temps où il faisait partie du FBI et vivaient en ville. Quand son ancien patron et ami Harry Shannon lui demande de l’aider. Il veut venger la mort de son fils qui faisait partie de la protection du repenti, mais seul et trop connu il n’est pas de taille. Il demande à Kaminsky d’organiser sa mort pour renaître sous le nom de Joseph P. Brenner et d’infiltrer l’organisation criminelle…

rueducine.com-le-contrat-photo (3)

CRITIQUE

Film étrange produit par Dino de Laurentiis producteur italien installé aux Etats-Unis depuis 1972 qui a racheté un sujet écrit par deux grands scénaristes italiens Luciano Vincenzoni et Sergio Donati qui tous deux ont écrit de grands films pour Sergio Leone, Elio Petri, Pietro Germi et bien d’autres.

Le film retravaillé par deux scénaristes américains. Le premier un certain Norman Wexler qui a collaboré au scénario de « Serpico » (1973) de Sidney Lumet et les deux grandes comédies musicales disco « La fièvre du samedi soir » (« Saturday night fever« ) (1977) et « Staying alive » (1983).
Le second un certain Gary DeVore qui en 1980 a co-écrit « Les chiens de guerre » (« The dogs of war« ) de John Irvin et en 1986 la comédie policière « Deux flics à Chicago » (« Running scared« ) de Peter Hyams, puis plus rien.

rueducine.com-le-contrat-photo

Les deux se coulent dans un moule de films violents pour la star en pleine ascension Arnold Schwarzenegger qui a tourné dans des films musclés en tous genres depuis « Conan le barbare » (« Conan the barbarian« ) (1982) de John Milius. Mais celui-ci est vraiment d’un intérêt minime.

Si la scène d’ouverture avec un massacre promet beaucoup, le reste est tellement peu réaliste que l’on regarde ça avec un regard goguenard.

John Irvin nous fait un film pantouflard qui mise tout sur la masse musculaire de son acteur qui a encore bien des soucis avec son jeu assez limité.

Les seconds rôles ne sont pas à la fête.
Le rôle de Robert Davi est mal écrit pas assez impressionnant et un peu trop naïf pour un tueur.
Celui de Sam Wanamaker en chef mafieux manque aussi d’envergure et de réalisme.

Je passe sur la musique insignifiante.

rueducine.com-le-contrat-photo (2)

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Dans le repère du mafieux c’est l’assaut final à 1 contre une bonne douzaine. Sommet de ridicule dans le genre.

L’ANECDOTE

John Irvin est connu pour avoir tourné deux films de guerre « Les chiens de guerre » (1980) et « Hamburger Hill » (1987)

NOTE : 08/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *