Synopsis

Minnesota années 1990, Jerry Lundegaard est un directeur commercial d’un garage automobile. Le business est difficile et l’entreprise étranglée par les dettes a besoin d’argent frais. Son beau-père Wade est richissime mais n’a pas l’intention d’aider son gendre. Alors Jerry Lundergaard engage deux minables pour enlever sa femme et réclamer une coquette rançon à son beau-père. Bien entendu les choses dérapent et les cadavres s’amoncellent sur le passage des deux imbéciles. Marge Gunderson une flic enceinte de sept mois mène l’enquête…

rueducine.com-fargo-photo

CRITIQUE

Du grand, du très grand Joel & Ethan Coen qui filment avec une certaine délectation, pour ne pas dire une délectation certaine, la bêtise humaine.

Terrible!

Et les enchaînements meurtriers qui en découlent participent du drame et de la farce.

Un peu comme chez Alain Corneau dans « La menace » où un homme tente de modifier le destin, ici, un vendeur de bagnoles tente de modifier le sien en faisant enlever sa femme.

Les frères Coen jouent avec des personnages qui ont de larges lacunes intellectuelles au milieu d’un froid glacial et d’une neige omniprésente où le rouge du sang n’en ressort que mieux.
Chaque personnage est finement dessiné.

rueducine.com-fargo-photo (4)

Le directeur commercial naïf qui pense qu’un enlèvement pépère de sa femme qu’il retrouvera dans les jours prochains et lui permettra de renflouer ses affaires, le beau-père riche et sûr de sa puissance qui écrase son petit monde, les deux pieds nickelés qui pour une poignée de dollars iront chacun au bout de leur violence en s’entre-tuant, et les flics du Minnesota, candides, aux locutions restreintes et à la gestuelle minimaliste.

Bien entendu le casting est comme souvent chez les frères Coen impeccable. William H. Macy et Frances McDormand en tête.

Sublime musique de Carter Burwell qui donne toujours le meilleur de lui-même avec un minimum de notes dans les productions des frères de génie de Hollywood.
Ici le froid et la destinée funeste sont remarquablement retranscrits en notes.

 

rueducine.com-fargo-photo (3)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Marge rentre chez elle après avoir toute seule, et enceinte jusqu’aux yeux, bouclé l’enquête. Elle félicite son mari déçu que son œuvre ne figura que sur un timbre de 3 cents alors qu’il eut préféré un timbre de 20 cents. Un grand moment d’amour cinématographique.

L’ANECDOTE rueducine.com-oscar1

Frances McDormand reçoit l’Oscar du meilleur premier rôle féminin.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 15 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *