Synopsis

John et Jane Smith forment un couple à bout de souffle après 5 ans de mariage. Quelques non-dits, beaucoup de mensonges pèsent sur celui-ci. Chacun ignore le métier véritable de l’autre et pour cause : tous deux sont espions dans deux officines différentes. Jusqu’au jour les deux ont la même mission. Mettre la main sur un prisonnier qui va être transféré. La mission finit en lutte acharnée entre John et Jane et échoue pour l’un comme pour l’autre. Maintenant qu’ils sont démasqués il ne reste qu’une solution que l’un(e) tue l’autre…

rueducinema.com-mr-and-mrs-smith

CRITIQUE

Regardez l’affiche du film sa simplicité, sa sobriété son élégance.

Eh bien le film est tout l’opposé de son affiche. Une réalisation tape-à-l’œil, un scénario abracadabrantesque, et une interprétation assez désagréable.

Dommage parce que l’histoire en soi (un couple d’espion qui ignore les agissements de l’autre et finissent par croiser leur chemin sur le plan professionnel) semblait être une bonne idée.

Mais cela ne fait pas un film, et tourner cela comme un jeu vidéo avec force poudre et pyrotechnie n’ a sûrement pas été la bonne option.
Sans non plus vouloir accabler les auteurs, les vannes sont guère percutantes, et l’humour tombe quasi toujours à plat.

Les dialogues constamment truffés de sous entendus patauds et de double sens lourdauds ruinent définitivement l’écriture du film.rueducinema.com-mr-and-mrs-smith-poster-1
Doug Liman qui sort pourtant de l’excellent « La mémoire dans la peau » (« The Bourne identity« ) (2002) bâcle sa réalisation avec des scènes d’action peu lisibles et longuettes. Les scènes de transition sont tout aussi ratées tellement elles sont semblables les unes aux autres.
Côté interprétation ce n’est guère plus brillant.

Si Brad Pitt utilise les ficelles du métier, le problème est que cela se voit.
Angelina Jolie nous sert une interprétation catastrophique dont elle a le secret. Disons-le tout de go l’actrice atteint rarement des sommets dans ses rôles.
Seul Vince Vaughn tire sa petite épingle lui qui en général me laisse indifférent.

Les scènes de destruction dans la maison mais surtout dans le magasin de meubles sont trop longues et finissent par lasser le spectateur malgré sa bonne volonté à vouloir se laisser séduire par un film qui s’annonçait alléchant.

Seule la musique de John Powell avec son morceau « Assassin’s tango » se révèle à la hauteur de l’entreprise.

 

rueducinema.com-mr-and-mrs-smith-poster-2

LA SCÈNE D‘ANTHOLOGIE

Il y en a une! Pendant un assaut dans un magasin de meubles face à une armée d’élite. Les balles pleuvent quand s’offre à John et Jane un ascenseur, ils s’y engouffrent, l’ascenseur se referme et pendant quelques secondes la musique de l’ascenseur joue « Girl from Ipanema » d’Antonio Carlos Jobim. L’ascenseur stoppe, s’ouvre et c’est reparti comme à Gravelotte.
Seule véritable scène d’humour recherché et abouti.

L’ANECDOTE

Brad Pitt devait tourner avec Nicole Kidman. Cette dernière se retire du projet. Brad Pitt aussi. La production finit par signer avec Angelina Jolie, Brad Pitt raccroche son wagon à la locomotive.
Le tournage du film sera l’objet de rumeurs de la part des tabloïds sur les relations entre les deux acteurs. Le mariage de Brad Pitt et Jennifer Aniston ne s’en remettra pas.

NOTE : 06/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *