Synopsis

Chronique de la vie des deux fils Carati entre le début des années 1970 et la fin des années 1990: Deux jeunes étudiants après avoir passé leurs examens, décident de partir en voyage avec deux amis à eux. Mais Matteo le jour du départ amène avec lui une jeune femme ayant des problèmes psychologiques, Giorgia, mal soignée dans un institut. Il l’a enlevée. Ils décident de décaler le voyage, et de ramener d’abord Giorgia à sa famille. Mais ils s’aperçoivent que la famille n’en veut pas, et Giorgia finit par être reprise par les carabiniers. Les deux frères se séparent. L’un s’engage dans l’armée l’autre part en voyage. Ils se retrouvent, ainsi que les deux amis de faculté le jour de l’inondation de Florence pour sauver les chefs d’œuvres en péril…

CRITIQUE

Ce film est un monument!

6 heures de bonheur. Pas une minute faible.

Cette chronique douce amère fait penser à « Nous nous sommes tant aimés » (« C’eravamo tanto amati« ) (1974) d’Ettore Scola.
Comme son ainé c’est aussi l’histoire de l’Italie de ces 40 dernières années à travers le prisme d’une famille italienne: Les mouvements étudiants, les coupes du monde de football, les brigades rouges et la terreur, la mafia et la lutte des juges Borsellino et Falcone, la crise industrielle, et la montée d’une nouvelle classe de cadre.
Mais aussi les progrès de la science psychiatrique.

Tous les acteurs sont magnifiques.
Mais ce sont les seconds rôles féminins qui font la beauté de ce film et offrent les moments inoubliables. La palme pour Jasmine Trinca qui joue une malade, rebelle et touchante.
L’histoire est belle. Les acteurs sont beaux. La réalisation est belle. Ce film est beau.

Marco Tullio Giordana mérite d’être célébré comme grand cinéaste.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Nicola fait lire son courrier par un enfant, dans le cadre de son travail de psychiatre. C’est ainsi que l’enfant lui apprend la mort de sa mère. Scène superbement réussie, qui nous arrache des larmes.

L’ANECDOTE

Initialement ce devait être un téléfilm en quatre épisodes, pour la RAI. Mais Silvio Berlusconi étant passé chef du gouvernement, et étant interventionniste sur les médias, le président de la RAI nouvellement nommé, décide de ne pas diffuser ce téléfilm. Marco Tullio Giordana, part donc avec ses bobines sous les bras faire les festivals. Il sera remarqué à Cannes et acheté comme film de cinéma. Il sortira donc en salles en deux parties sorties simultanément.

NOTE : 19/20

Video & Photo

20 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *