Synopsis

Le SPECTRE grâce à son n°2 Emilio Largo dérobe à L’OTAN deux bombes nucléaires par un détournement d’avion bombardier, amerri au large de Nassau.  Le SPECTRE réclame une rançon de plusieurs millions de dollars aux pays de L’OTAN. Il faut retrouver les bombes sinon la facture va être salée. James Bond qui lors d’une remise en forme dans un centre spécialisé, a repéré le cadavre du pilote, sait que la sœur de ce dernier se trouve à Nassau. M décide de l’envoyer sur place…

CRITIQUE

Encore un bon cru. Profitons en ça ne va pas durer…

Le film offre de grandes scènes sous marines à l’époque assez novatrices. Un méchant de belle envergure avec sa piscine de requins et son bateau technologique.
Côté James Bond girl ce n’est pas la panacée. Claudine Auger et Molly Peters sont un peu fades et le scénario ne leur est pas favorable les reléguant dans le simple rôle d’utilité.

En ce qui concerne les effets spéciaux ils sont plutôt réussis sauf sur la fin où la course folle du disco volante est ratée: trop accélérée et l’incrustation des images mal faite.

La réalisation de Terence Young offre quelques innovations et toujours un goût assuré pour l’action.

Côté dépaysement les producteurs en rajoutent introduisant le folklore de la parade Jukanoo. Ce côté carte postale va peu à peu envahir les futurs films souvent inutilement.

Toujours une excellente musique de John Barry.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le disco volante pour échapper à l’armada sur ses talons libère son cocon et file comme un hydroglisseur. Spectaculaire.

L’ANECDOTE

Le bateau high tech du méchant a été construit avec un hydroglisseur désaffecté auquel la production a ajouté le fameux cocon. L’achat du bateau et sa réfection plus la fabrication du cocon coutent la bagatelle de 500 000 dollars de l’époque. Une paille!

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 17 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *